Loading

: ɤ


: 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33

cortex
06-11-2008, 07:47
.

2008 64 60 22 7 12 10 ..

42 7 . 17 23 26 2 .

24 .. .

3 155 169 24 53 .

ݻ.. .. ..

: . 31 .

.



..

( ) .

. ..

8 8 8 ..

.

60 40 80 .. 17 10 .. 8 61 88 .

.



( )..

2 .

..

.

54 689 589 .. .

cortex
06-11-2008, 14:08
La rforme de l'assurance-maladie n'a pas apport l'ouverture escompte vers le priv. 27 %, seulement, des affilis ont opt pour les filires librales.

La rforme de l'assurance-maladie a dmarr effectivement le 1er juillet 2007 avec les Affections Prises en Charge Intgralement APCI et la prise en charge de l'accouchement.

Elle s'est tendue le 1er juillet 2008 aux maladies courantes. Les affilis ont, entre-temps, inform la Caisse Nationale de l'Assurance-Maladie CNAM de la filire de soins laquelle ils ont opt. Lequel choix a rvl une nette prfrence pour le secteur public qui a accumul plus de 73 % des assurs sociaux.

En aot 2008, et selon les termes de la loi 2004 sur la rforme, la CNAM a permis aux affilis sociaux de changer les filires qu'ils ont dj choisies et ce, avant le 30 septembre 2008 avec effet partir du 1er janvier 2009. Prs de 50.000 affilis sociaux ont particip ce mouvement qui n'a pas affect la cartographie de la rpartition de la prise en charge des affilis par la CNAM dans le cadre de la rforme.

Un tel tableau de bord n'a donn au secteur libral de la sant que 27 % du volume des activits couvertes par la CNAM. Et mme s'il n'y avait pas un audit prcis des activits mdicales antrieures avant la rforme, les mdecins n'ont pas remarqu une augmentation de leur volume de travail. Les mdecins conventionns se trouvent du coup face l'interrogation lgitime sur l'apport de cette rforme dans leurs activits.

Les chiffres montrent certes qu'ils sont de plus en plus nombreux le faire et ils sont dj plus de 90 % chez les mdecins gnralistes et prs de 60 % chez les mdecins spcialistes. Seul le district du Grand Tunis fait de la rsistance au mode actuel de conventionnement et ils ne sont que prs de 20 % de mdecins spcialistes conventionns dans le Grand Tunis.



Les rserves des mdecins libraux

Les mdecins libraux trouvent que la rforme de l'assurance-maladie est cense faciliter l'accs des assurs sociaux aux prestations sanitaires dans le secteur libral. Or, la rpartition actuelle des filires protge largement le secteur public en accordant ceux qui le choisissent une couverture gnrale dplafonne. Par contre, elle lse le secteur priv en plafonnant les remboursements au montant de 200 dinars et en limitant son champ d'intervention dans les APCI et les interventions chirurgicales une liste restrictive. Cette situation a fait que les professionnels libraux n'ont pas largi leur champ d'action. En d'autres termes, la rforme de l'assurance-maladie n'a pas eu l'effet escompt d'ouverture sur le secteur mdical libral .

Ces rserves sont d'ailleurs partages entre tous les mdecins libraux qu'ils soient des adeptes du Syndicat Tunisien des Mdecins Libraux STML ayant sign une convention sectorielle avec la CNAM ou ceux du Syndicat Tunisien des Mdecins Spcialistes Libraux STMSL qui n'ont pas sign une telle convention.

Le STMSL vit d'ailleurs un grave diffrend sur sa reprsentativit entre l'ex-Secrtaire Gnral, Dr Ali Jebira et la majorit de la Commission administrative conduite par l'ex-Secrtaire Gnral adjoint, Dr Faouzi Charfi. Laquelle problmatique a empch le STMSL de se faire reprsenter en tant que tel au prochain Conseil Suprieur de l'Assurance-maladie qui se tiendra le 11 novembre. Le Dr Ali Jebira y assistera titre personnel.

Ce diffrend n'a pas empch les mdecins spcialistes libraux de continuer demander la rvision de l'actuelle convention sectorielle en vue d'amliorer ses termes pour faciliter l'accs la mdecine librale.

De leur ct, les mdecins du STML, conduits par le Dr Rabah Chaibi, continuent revendiquer les mmes dolances et vont les prsenter sous forme d'une valuation au prochain conseil suprieur de l'assurance-maladie.

En un mot, la corporation des mdecins est certes divise en groupuscules mais, ils sont tous unanimes pour dire que les textes de la rforme doivent s'amliorer pour permettre l'accs des affilis la mdecine librale.
Le temps

cortex
07-11-2008, 08:21
5 18 2011



.

.

ӿ



. :- ɡ 180 . 2011 .

- ɡ 195 . .

- .

- ǡ .

ɡ 2013 . . .



.

ɡ ١ ɡ . ˡ ɡ .

5 18

5 18 :

- ɡ ɡ .

- .

- ɡ .

- .



2008 ̡ 3 1 20 :

- ɡ :

- .

- .

- 19 .

- .

- . ǡ .



(19 ) 2009 . .

4 .



̡ .

6 ҡ . 2011 .

2009.

cortex
08-11-2008, 07:58
" " .

" " ɡ .

cortex
08-11-2008, 08:14
http://www.letemps.com.tn/upload/P3-N2-3col07-11-2008.jpg

Redonner à la bouche toute sa valeur »

Beaucoup de Tunisiens sont conscients de l'importante relation de cause à effet entre la santé de leurs dents et leur santé en général.. De bonnes dents garantissent une bonne santé générale.

Mais toute affection de la bouche peut entraîner de graves conséquences sur la santé globale

La fréquence de consommation des sucres causera des affectations bucco-dentaires (caries et infections subséquentes) et à chaque consommation, la bouche restera acide pendant environ une heure. Par conséquent, c'est l'équilibre entre l'hygiène et l'alimentation qui vous donnera les meilleurs succès en santé buccodentaire. Dr Amel Nacef a précisé lors du dernier congrès international de nutrition à Hammamet que "la relation entre alimentation et santé buccodentaire est bien connue. Avoir de bonnes dents passe par une alimentation équilibrée et un brossage dentaire régulier et soigneux, ce sont des évidences! La présence de nombreuses caries est certes un signe de déséquilibre alimentaire et de surconsommation de sucres. Quand l'enfant consomme du sucre (liquide ou solide), les bactéries présentes dans sa bouche se combinent au sucre pour former un acide léger. Ce dernier s'attaque à l'émail des dents, pouvant ainsi causer des caries. Certaines érosions dentaires en fonction de leurs localisations notamment peuvent être liées à des problèmes de régurgitation voire à des anorexies. D'autres anomalies de l'émail dentaire peuvent aussi faire évoquer des carences au moment de la formation des dents quand l'enfant est encore dans le ventre de sa mère. Inversement, la santé buccodentaire n'est pas sans conséquences sur la façon de s'alimenter,il y a ainsi un rapport entre un mauvais état buccodentaire et la dénutrition en particulier chez les personnes âgées. Avoir mal aux dents, avoir des dents mobiles, des gingivites, des parodontopathies retentit à l'évidence sur la manière de se nourrir et sur l'appétence pour la nourriture."



Les médecins dentistes s'impliquent-ils dans l'alimentation de leurs patients?

Toute alimentation déséquilibrée entraîne des problèmes de santé et des pathologies graves comme les maladies cardio-vasculaires, les cancers, les carcinomes buccaux. Selon une enquête réalisée auprès de 100 médecins dentistes "97 % d'entre eux déclarent êtres concernés par la nutrition. 76 % estiment que c'est un devoir professionnel de donner des conseils diététiques mais seulement 32 % d'entre eux donnent des conseils au cours de leur consultation. Les patients les plus concernés sont les enfants 48 %, suivis par les tares (diabétiques, hypertendus) 26% suivis par les femmes enceintes 22%. 68 % des médecins avouent qu'ils n'ont pas de temps pour les conseils diététiques et 97% disent qu'ils ne disposent pas d'outils pédagogiques mais sont intéressés par les dépliants à remettre aux patients.



Pour une alimentation saine et variée

Toute déficience ou carence sérieuse de l'organisme peut entraîner des altérations définitives au niveau de certains tissus du corps entre autres les tissus dentaires d'autant plus que les deux tiers des anomalies dentaires se forment au cours de la première année de la vie et là Dr Amel Nacef estime qu'une "alimentation saine et variée est donc nécessaire. Elle joue un rôle préventif dans un grand nombre de pathologies. L'éducation du patient revêt une importance capitale et là il faut limiter les sucreries, interdire le grignotage car la fréquence des prises alimentaires est un facteur de risque de la carie dentaire plus important encore que la quantité de sucres consommés. Un enfant ou un adulte qui grignote ou prend des sodas à longueur de journée a une production d'acide continue et a donc des risques augmentés de carie dentaire. Il faut donc habituer l'enfant à se nourrir à intervalles réguliers : quatre repas par jour et éviter de l'accoutumer au goût sucré. Il faut encourager la consommation des produits laitiers, diminuer la surcharge pondérale" Bref entretenir une bonne santé et comme l'a affirmé Dr Patrick Hescot, président de l'Union française pour la santé buccodentaire "Il faut redonner à la bouche toute sa valeur, en termes sensoriel, mais aussi médical, parce qu'on sait que la bouche est au carrefour de toute la santé. Beaucoup de microbes passent par la bouche et de nombreuses maladies comme le diabète, les maladies cardiovasculaires ou les rhumatismes, sont liées à des problèmes buccodentaires."
le temps

cortex
09-11-2008, 09:30
.

.



: .

18 30 ( ).

18 15 : .



.

cortex
09-11-2008, 09:32
. ̡ .

. ޿ ҿ ɿ



ǡ . : " ".

" " .

ɡ ɡ ɡ ߡ . :

ǡ ɡ .



" " " ɡ ɡ ɡ ɡ ʡ . .



. ԡ ӡ ߡ ɡ .

ǡ .

ʡ ɡ ɡ ɡ . ɡ ɡ ء ǡ .

cortex
09-11-2008, 09:42
.

12 .

ɡ ɡ . ӡ 7 46 . 58 .

ڡ . 20 .

. ϡ .

77%

77% 3760 2245 92% 1515 62% 5 . ڡ 80% .. 90%.




11 . 26 ɡ . . . . .

24 8 5 3 ɡ ݡ . ɡ ɡ . .

cortex
11-11-2008, 13:10
ماذا عن نتائج المرحلتين الأولى والثانية من التطبيق؟

ـينعقد اليوم المجلس الوطني للتأمين على المرض في ثاني اجتماع من نوعه يعقده منذ إحداثه. علما وأن الاجتماع الاول كان قد عقد يوم 26 ديسمبر من السنة الماضية بمقر الصندوق الوطني للتأمين على المرض بالعاصمة.

ومن المقرر أن تكون ملفات مثل تقييم نتائج المرحلتين الاولى والثانية من إرساء نظام التأمين على المرض، السقف السنوي للتكفل بالامراض العادية في القطاع الصحي الخاص، توزيع المضمونين الاجتماعيين على مختلف صيغ التكفل الثلاث، تقدم نسبة تعاقد أطباء الممارسة الحرة، النظام التكميلي للتأمين على المرض من أبرز الملفات التي ستتم مناقشتها خلال هذا الاجتماع الذي تشارك فيه جل الاطراف المعنية.

ومن المؤكد أن ملفات عديدة سينظر فيها المجلس خصوصا أنه يأتي بعد أكثر من 4 أشهر من التطبيق الفعلي للمرحلة الثانية والاخيرة لنظام التأمين على المرض التي ستشهد تغطية التكفل بجميع الامراض العادية وفق المنظومات العلاجية الثلاث التي دعي المضمونون الاجتماعيون إلى الاختيار على واحدة منها خلال الفترة الماضية، وبعد سنة و4 أشهر من بداية تطبيق المرحلة منه التي تهم التكفل بالامراض المزمنة ومتابعة الحمل والولادة..

من بين المسائل البارزة التي ينتظر أن تكون محور اهتمام المجلس متابعة وتقييم سير نظام التأمين على المرض. كما ينتظر أن تكون ما آلت إليه جلسات التفاوض بين مسدي الخدمات الصحية في الفترة الاخيرة من نتائج ملموسة من بين المحاور التي ستتم مناقشتها. فضلا عن ما أسفرت عنه نتائج المفاوضات بخصوص تحديد قيمة السقف السنوي للتكفل بالقطاع الصحي الخاص التي كللت بإعلان قيمته بين 200 و400 دينار، إضافة إلى توزيع المضمونين الاجتماعيين على مختلف صيغ التكفل الثلاث.

انتظارات واقتراحات

الاكيد أن بعض الاطراف الاعضاء بالمجلس الوطني للتأمين على المرض والتي انتظرت طويلا انعقاد اجتماع المجلس سيكون في جعبتها عدة أفكار واقتراحات جديدة بشأن المنظومة الجديدة للتأمين على المرض، ورغم أن بعض الاقتراحات قد تكن بطبيعتها نابعة من حرص على مصلحة هذا الطرف أو ذاك إلا أنها قد تكون مفيدة لتحسين مسار نظام التأمين الجديد وإنجاحه. ومن بين الافكار التي قد تطرح خلال المجلس اقتراح إحداث منظومة علاجية رابعة خاصة بالامراض المزمنة، تحسين قيمة السقف السنوي للتكفل بالعلاج بالقطاع الصحي الخاص، مراعاة السقف السنوي لبعض الحالات الخاصة على غرار التكفل بالتلاقيح والمتابعة الصحية في حالة المولود الجديد حتى سن الخامسة، والتكفل بمتابعة الحمل، وفي حالة وجود أصول في الكفالة (الاباء المسنين)..

كما ينتظر أن يتم مناقشة مسألة مجانية العلاج من عدمه في حال اللجوء للعلاج بالمراكز الصحية الاستعجالية بالنسبة للمنخرطين ضمن المنظومة العلاجية الخاصة، إقرار حوافز جديدة للمضمونين المنخرطين بمنظومتي العلاج الخاصة لتشجيعهم على الاقبال عليها باعتبار أن المضمونين المسجلين في صيغة الطرف الدافع وصيغة المنظومة العلاجية الخاصة لا تتجاوز نسبتهم الـ30%.

ورغم أن توصيات المجلس تكتسي صبغة استشارية إلا أن ذلك لا ينفي أن يتم الاخذ بعين الاعتبار ما ستفرزه النقاشات بشأن عدة مسائل متصلة من اقتراحات أو أفكار التي سيطرحها الاطراف الاعضاء بالمجلس.

مهام المجلس..

جدير بالذكر أن المجلس الوطني للتأمين على المرض من مهامه حسب ما جاء في الامر الترتيبي المحدث له ومؤرخ في 9 أوت 2005، تقييم سلوك المضمونين الاجتماعيين ومقدمي الخدمات الصحية، واقتراح التعديلات والاجراءات والبرامج الكفيلة بضمان حسن سير النظام القاعدي والانظمة التكميلية خاصة فيما يتعلق بجودة الخدمات الصحية وترشيد الاستهلاك الصحي. والسبل والاليات الكفيلة بضمان التوازن المالي لنظام التأمين على المرض. كما يبدي المجلس رأيه في كافة المسائل المتعلقة بسير نظام التأمين على المرض بناء على تقارير يعدها الصندوق أو توفرها الهياكل الممثلة بالمجلس.

ويرأس المجلس الوطني للتأمين على المرض الوزير المكلف بالضمان الاجتماعي أو من يمثله ويتركب من أكثر من 24 عضوا منهم 8 يمثلون الوزارات المعنية و5 يمثلون الهياكل الصحية ومؤسسات الضمان الاجتماعي، و3 أعضاء يمثلون كلا من المنظمة الفلاحية، منظمة الاعراف، واتحاد الشغل. ورؤساء المجالس الوطنية لعمادة الاطباء وأطباء الاسنان والصيادلة، فضلا عن كاتب عام كل نقابة مهنية لمقدمي الخدمات الصحية، وممثل عن الجامعة التونسية لشركات التأمين وممثل عن الاتحاد الوطني للتعاونيات. إضافة إلى ممثل عن جمعية الدفاع عن المستهلك وآخر عن جمعية المتقاعدين.

وينعقد المجلس الوطني للتأمين على المرض مرة كل ستة أشهر على الاقل وكلما دعت الحاجة إلى ذلك. كما يعد تقريرا سنويا حول متابعة وتقييم سير نظام التأمين على المرض يتم رفعه إلى الوزير الاول قبل موفى شهر جوان من كل سنة. علما وأن آراء المجلس تكتسي صبغة استشارية.

تقييم نشاط التكفل بالامراض العادية قبل نهاية العام

يذكر أنه سيتم مع نهاية السنة الجارية تقييم الستة أشهر الاولى لنشاط التكفل بالامراض العادية. علما وأن نتائج هذه التقييمات ستعتمد قاعدة لدراسة مرقمة ومالية سيتم مقارنتها بتطور المؤشرات الاقتصادية لدراسة حجم النشاط الطبي في القطاع الخاص وضبط تطور مداخيل الاطباء. وفي حالة جمود أو تراجع مداخيل الاطباء تبقى إمكانية مراجعة الاتعاب المحددة حاليا واردة دون انتظار نهاية سنة 2009 مثل ما تنص عليه الاتفاقية القطاعية.
الصباح

cortex
13-11-2008, 09:52
Imagerie thoracique

L'Unité de recherche en « imagerie thoracique » et le service d'imagerie médicale de l'hôpital Abderrahman Mami de l'Ariana organisent leurs deuxièmes journées d'imagerie cardiovasculaire thoracique non invasive demain à l'hôtel Shératon à Tunis. Des conférenciers français et tunisiens traiteront à cette occasion de l'apport de l'imagerie pas résonance magnétique dans l'exploration du cœur et des artères pulmonaires.



Cours post-universitaire sur le cancer du sein

D'éminents conférenciers tunisiens et étrangers discuteront demain à l'hôtel El Mechtel le thème : « le cancer du sein : de l'épidémiologie jusqu'au traitement ». Le cours post-universitaire sera dirigé par le Pr. Hamouda Boussen de l'Institut Salah Azaiz.
Le cours est organisé par le « Mediterranean School of Oncology » (MSO) et le Mediterranean Task force for Cancer Control (MTCC) en collaboration avec le « Tunisian National College of Oncology », l'Association tunisienne d'assistance aux malades du cancer du sein et l'Association de radiothérapie oncologie de la Méditerranée.

cortex
13-11-2008, 10:31


.

ɡ . ڡ ɿ

cortex
13-11-2008, 10:46
Protgeons nos enfants

Selon les donnes fournies par la Fdration internationale du diabte , 50% des enfants dans le monde seront atteints du diabte de type 2 dans seulement 15 ans.

Le diabte est une maladie chronique qui menace la sant de bon nombre de personnes, jeunes soient-elles ou ges. Certes, cette pathologie peut savrer hrditaire dans certains cas. Elle est pourtant essentiellement due la sdentarit et la malnutrition. Cest pourquoi, la Fdration internationale du diabte, ainsi que lOrganisation mondiale du diabte ont fix la journe du 14 novembre de chaque anne comme tant la journe mondiale du diabte, et ce, dans le but de rappeler aux individus limportance de prvenir cette maladie en optant pour un rgime alimentaire sain, quilibr, tout en sappliquant lactivit physique.

Cette anne, la Journe mondiale du diabte a pour slogan: Le diabte type 2 chez les enfants et les adolescents .

Il faut dire que la lutte contre la prolifration de cette maladie chronique, qui fait toutefois partie des maladies dites du sicle, nest point chose facile. Elle ncessite la conjugaison des efforts des parties multiples, notamment les parents, les spcialistes, notamment les diabtologues, les mdecins nutritionnistes, les pdiatres mais aussi les enfants et adolescents dont la prise de position demeure cruciale dans de pareilles situations. Dautant plus que le traitement du diabte est considr comme tant des plus compliqus, notamment dans le cas des enfants et des adolescents, puisquil implique la persvrance dans la mdication et la privation daliments tentants; un comportement exemplaire qui nest pas tout fait vident suivre.

Si lhistorique du diabte montre que seul le diabte de type 1 touchait les enfants et les adolescents, les rapports internationaux affirment la mutation des indicateurs. Le diabte de type 2 concerne de 8% 45% des enfants diabtiques. Les rapports montrent galement que les diagnostics positifs sont le plus souvent reprs chez les enfants gs entre 12 et 16 ans, et ce, pour des raisons dordre physiologique, voire hormonal. Pis encore, la Fdration internationale du diabte prsume la croissance du nombre denfants atteints de cette maladie pour constituer dici une quinzaine dannes 50% des enfants dans le monde.

Sur le plan national, nous remarquons que lapparition de cette pathologie chez les enfants et adolescents est due essentiellement des antcdents sociologiques, environnementaux et hrditaires. Il est noter que lobsit joue un rle important dans lapparition du diabte dans les catgories dges jeunes. En effet, les enfants souffrant dobsit ont du mal scrter linsuline vu que le taux de glucose dans le sang slve chez eux jusqu 40%, ce qui nest point le cas chez les enfants sains. Aussi, la Direction des soins de sant de base, relevant du ministre de la Sant publique, incite-t-elle les parents tre encore plus regardants et faire preuve de vigilance quant au comportement alimentaire et physique de leurs enfants. Il est, en effet, prconis de soumettre ses enfants un diagnostic prcoce en cas de doute, de prsence dobsit ou encore de risques lis des facteurs dhrdit, et ce, afin de procder au traitement dans un bref dlai et retarder par l les squelles en rsultant.

Il est ainsi recommand de matriser le taux de glycmie dans le sang en veillant impliquer les personnes encadrant lenfant, notamment les parents, mais aussi le cadre mdical et de dvelopper ainsi un climat favorable au traitement et au suivi; un climat bas sur la confiance et la comprhension mutuelles entre lenfant et son environnement. La diffusion de la culture sanitaire exemplaire ne peut quorienter lenfant vers les rflexes adopter au quotidien et linciter sappliquer son traitement.

De son ct, le ministre de la Sant publique sactive pour prvenir cette maladie. En 1993, il a instaur un programme national pour la protection des diabtiques et des hypertendus. Ce programme a pour objectif dassurer le dpistage prcoce de la maladie, ainsi que le suivi mdical pour mieux matriser la maladie. Il se base, en outre, sur un travail complet dinformation et de sensibilisation destin au public dune manire gnrale et aux diabtiques en particulier.

Cette anne, et loccasion de la clbration de la Journe mondiale du diabte, le ministre de la Sant publique a concoct un programme riche qui implique la contribution des mdias et la mobilisation des parties concernes relevant de toutes les rgions. Le programme inclut, en outre, lorganisation dune session de formation au profit des cadres mdicaux et paramdicaux spcialiss en nutrition, portant sur le diabte de type 2, et ce, le 14 novembre. Le 15 novembre, une journe de sensibilisation se tiendra en collaboration avec lAssociation tunisienne sport pour tous dans les espaces relevant de lun des hypermarchs. Par ailleurs, un concours sportif sera organis le dimanche 16 novembre au Belvdre.
Lapresse

cortex
13-11-2008, 10:49
En 2001, une recherche sur le terrain, ralise lchelle nationale par la Direction de la mdecine scolaire et universitaire, en collaboration avec lOMS et traitant de la sant des adolescents, a fait ressortir que 30% des adolescents sont sdentaires. Dautant plus que 70,8% dentre eux prfrent regarder la tlvision et ne fournir aucun effort. Dun autre ct, la recherche a montr quun tiers des jeunes suivent un rgime alimentaire dont 31% des cas pour des raisons de sant et 28,8% pour maigrir. Il est noter quun quart des adolescents souffrent de maladies chroniques.

Dun autre ct, lInstitut national de la sant publique a labor, souvenons-nous, en 2005, une tude portant sur un chantillon reprsentatif dadolescents gs entre 15 et 19 ans, montrant dj que 19% des ados souffrent de surpoids, 4,3% reprsentent des cas dobsit et 28% dentre eux souffrent dobsit abdominale.

Ces donnes, bien que datant de plusieurs annes, sont dj alarmantes. Que dire de la situation actuelle o lon remarque de plus en plus de cas dobsit tant chez les jeunes que chez les tout petits. Do lurgence de mettre en place un programme plus pointu pour faire face et au flau de lobsit et celui du diabte.

cortex
13-11-2008, 11:07
La ralisation des objectifs, tributaire de la conjugaison des efforts de tous les partenaires
M. Ali Chaouch, ministre des Affaires sociales, de la Solidarit et des Tunisiens ltranger, a prsid, mardi, au sige de la Caisse nationale de lassurance maladie (Cnam), Tunis, la deuxime session du Conseil national de lassurance maladie.

Ont particip cette runion toutes les parties concernes, ministres, organisations professionnelles, associations nationales, tablissements et structures publics, ainsi que les conseils nationaux des ordres et organisations syndicales des prestataires de services mdicaux.
Le ministre a soulign, cette occasion que la rforme de lassurance maladie constitue un jalon sur la voie des grandes ralisations accomplies en Tunisie de lre du Changement, refltant la mutation qualitative que connaissent les secteurs social et de la sant.
Il a mis en exergue limportance de la priodicit de la runion du Conseil en tant quespace de dialogue et de concertation sur la marche du rgime de lassurance maladie en conscration de lapproche consensuelle et partenariale sur laquelle se fonde cette rforme.
En vue de la mise en application de cette rforme ordonne par le Prsident de la Rpublique, a indiqu le ministre, un plan en deux tapes a t labor consistant en louverture graduelle sur le secteur priv. La premire a dmarr en juillet 2007 et la seconde en juillet 2008 marquant louverture totale sur le secteur priv dans le domaine des services de consultations externes, avec comme formule de prise en charge, ladoption des trois filires : publique, prive, et de remboursement des frais.
Le nouveau rgime de lassurance maladie sinsre dans les objectifs du programme du Prsident de la Rpublique et des priorits du dveloppement du pays dans un esprit de concorde et de dialogue entre toutes les parties concernes, a soulign le ministre.
Il a ajout que la ralisation des objectifs de la rforme est tributaire de la conjugaison des efforts de tous et du partage des responsabilits entre les diverses parties Cnam, professionnels et affilis , conformment un principe contractuel et une approche consensuelle base sur le dialogue en tant que moyen visant rapprocher les points de vue, ainsi que sur lvaluation continue et sur la concertation en tant que moyen pour rsoudre les litiges et relever les dfis de la prochaine tape.
Pour sa part, M. Naceur Gharbi, prsident-directeur gnral de la Cnam, a pass en revue les rsultats enregistrs par le nouveau rgime de lassurance maladie dans sa seconde tape, mettant en exergue laugmentation du nombre des bnficiaires des services, des cartes de soins et des affilis parmi les prestataires de services de la sant.
Il a, galement, relev lacclration du rythme dadhsion des mdecins spcialistes depuis le dmarrage de la seconde tape, la matrise des dpenses et la rduction des dlais de fourniture des services et de remboursement des frais.
Un dbat propos du bilan des activits de la Cnam sen est suivi avec la participation des reprsentants des structures, tablissements et instances concerns.
Lapresse

cortex
14-11-2008, 08:15


14 2 .
.
2 8 ? 45 ? . 12 16 .
15 50 ?.

2005 15 19 19 ? 4.3 ? 28 ? 2001 30 ? 31 ? ?28.8 .
2 .
.
40 ? .
.
.

.
.
.

cortex
14-11-2008, 08:26
Le diabte de type 2 en ligne de mire

A loccasion de la clbration aujourdhui de la Journe mondiale du diabte, lInstitut national de nutrition a organis une confrence de presse ayant pour thme : Le diabte type 2 chez lenfant et ladolescent.

Anime par le Dr Amel Ben Sad du service de la formation et de linformation de linstitut. Cette confrence sest voulue une continuit de celle de lanne dernire. Le thme est celui tabli par lOrganisation mondiale de la sant (OMS), mais il a t tunisifi par lintroduction du facteur de lobsit chez lenfant et ladolescent, a indiqu le Dr Ben Sad.

Un enfant obse est un adulte malade. Fin 2009, il y aura une enqute denvergure, complmentaire celle de 2005, qui touchera la population dont la tranche dge varie entre 0 et 49 ans concernant la prvalence du diabte chez les jeunes, a-t-elle ajout.

Le programme de lInstitut national de nutrition lors de la clbration de la Journe mondiale du diabte 2008 est riche et vari. Ainsi cest la meilleure occasion pour viser les populations vulnrables et mettre en place une stratgie globale contre lobsit. La prvalence du diabte du type 2 est de 80% sur le plan mondial.

Une campagne de dpistage volontaire du diabte et de lhypertension artrielle sera mene lors de cette Journe mondiale du diabte qui sera marque galement par des sances dducation de groupe, dune confrence interactive anime par le Dr Lela Ben Salem et de deux lignes tlphoniques mises la disposition du public.

La tenue de la Journe est une autre opportunit pour faire connatre les mfaits de lobsit et de la mauvaise alimentation qui entranent le diabte de type 2. Lanonymat de diabtiques ventuels sera respect. LInstitut assurera galement le suivi mdical et la conduite tenir. Nous visons notamment lenfant et ladolescent, a soulign le Dr Ben Sad, en insistant sur limportance dune alimentation saine. A cet effet, lInstitut a prpar des autocollants couleurs vives destins aux enfants afin de les sensibiliser aux 10 conseils pour une alimentation saine, dont on cite: fruits et lgumes volont, du sel et du sucre tu te mfieras, tes calories tu dpenseras, les produits laitiers, les ptes et le pain tu modreras

Les statistiques mondiales rcentes font ressortir des chiffres dramatiques de lordre de 240 millions dindividus qui seront atteints du diabte dici 2010 et de 380 millions dici 2025.

En Tunisie et selon certaines tudes, le taux de diabtiques serait de 10% et mme plus dans certaines villes.

Cette maladie prsente deux types. Le diabte type 1, dont le traitement repose sur les injections dinsuline, et le type 2 dont le traitement est bas sur le rgime alimentaire ou les mdicaments destins faire baisser la glycmie.

Gnralement, le diabte de type 2 touchait ladulte et les personnes plus ges. Seulement, depuis quelques dcennies, il sest propag parmi les adolescents et enfants, ce qui a suscit linquitude des spcialistes et des intervenants concerns par cette maladie.

cortex
14-11-2008, 08:29
La lutte contre le diabte a dbut il y a prs de 90 ans. Cette pathologie continue apparatre et se dvelopper chez les personnes, tous ges et toutes appartenances confondus.

Elle est qualifie comme tant un tueur en srie silencieux, puisquelle peut natre et se dvelopper progressivement sans que la personne atteinte puisse dceler les moindres symptmes. Un tueur silencieux puisqu dfaut de dpistage prcoce, il sattaque aux diffrents organes, notamment les yeux, les membres, les reins et engendre des consquences fatales sur la vie de ltre humain.

Aujourdhui, un diabte de type plus fcheux menace le capital humain dans le monde entier: le diabte de type 2 menacera dici 15 ans la sant de 50% des enfants. Pour mettre plus en lumire ce grave problme et vhiculer linformation auprs des parents et des enseignants, la Fdration internationale du diabte a plac cette anne la journe mondiale du diabte sous le slogan Le diabte de type 2 chez les enfants et adolescents.

A cet effet, des laboratoires pharmaceutiques de Tunisie ont tenu, mercredi, Tunis, un point de presse pour faire ltat des lieux sur cette maladie dans le monde ainsi qu lchelle nationale et de permettre aux responsables des socits savantes de donner des recommandations visant une matrise plus efficace de la maladie.

Chokri Jribi, reprsentant de ces laboratoires, a donn un aperu sur la contribution des laboratoires dans le dpistage des diabtes mconnus, en indiquant que 50% des diabtes en tunisie sont mconnus. Aussi, un riche travail de recherche motive lquipe pour comprendre lpidmiologie du diabte en tunisie et en cerner les causes. Nos tudes ont dmontr que la prvalence de lobsit abdominale lune des principales causes du diabte en tunisie est de 26% chez les hommes et de 39% chez les femmes. Nous avons entam une tude de dpistage chez les patients gs de plus de 35 ans qui a montr que 35,1% des sujets prsentent des facteurs risques dont 80% sont diabtiques, indique-t-il. Et dajouter que pour prvenir le diabte chez les enfants, il faut rduire de 7 10% du poids de lenfant obse, surveiller sa nutrition et linciter faire des activits physiques. Pour sa part, lquipe de sanofi-aventis sapprte, dans le cadre dun protocole daccord avec lassociation tunisienne des diabtiques, prendre en charge le traitement de 50 enfants diabtiques ncessiteux.

De son ct, le Dr Ahmed Ghattas, prsident de lassociation tunisienne des diabtiques, a focalis sur le rle de la mre dans lalimentation de son enfant. La femme recourt de plus en plus aux solutions de facilit alors quelle doit prendre au srieux lquilibre alimentaire de lenfant. Dautant plus que le manque considrable despaces verts et de parcours de sant dans les quartiers de la ville et la passivit de certaines maisons des jeunes ninvitent pas les enfants sappliquer aux activits physiques. Rsultats: des enfants sdentaires, obses qui courent le risque de contracter des maladies cardiovasculaires et le diabte, souligne le Dr Ghattas.

Le Dr Borni Zidi, chef de service dendocrinologie lhpital militaire, a mis laccent sur la qualit mais surtout la quantit daliments quengloutissent les enfants de nos jours. Grande quantit de bouffe malsaine, sdentarit et stress sont les bases du mode de vie moderne et les principaux facteurs du diabte de type 2. Le diabte est la premire cause de ccit dans le monde ainsi que la premire cause damputation des membres en temps de paix, ce qui est gravissime tant donn que cela sempare du capital humain et de lavenir de la socit, indique le Dr Zidi.

Limportance de lactivit physique nest plus dmontrer pour lutter contre ce flau. Le Dr Ada Ben Ismal, prsidente de lAssociation tunisienne de sport pour tous, appelle lamlioration des conditions dducation physique dans les tablissements de lenseignement de base (vestiaires et terrains) pour ne plus dcourager les enfants dont la sant est fragile pratiquer le sport. Elle affirme, en outre, que les lves qui pratiquent le sport sont ceux qui donnent un meilleur rendement scolaire.

Notons, enfin, que ces laboratoires poursuivent leurs campagnes de dpistage et de sensibilisation dans le cadre notamment du programme Novembre, le mois du diabte.

cortex
14-11-2008, 09:44
La Journe Mondiale du Diabte, organise conjointement par la Fdration Internationale du Diabte (FID) et l'Organisation Mondiale de la Sant (OMS), est une campagne de sensibilisation au diabte mene l'chelle mondiale depuis1991 en rassemblant des millions de personnes conscientes de l'incidence de cette maladie dans le monde et de plus en plus dtermines agir efficacement pour en limiter la progression.

Partout, des gouvernements, des ONG, des professionnels de la sant, des personnes atteintes de diabtes et des associations se mobilisent contre ce flau qui gagne chaque anne du terrain. En effet, selon les dernires estimations de l'Organisation Mondiale de la Sant, on compte actuellement 200 millions de personnes atteintes de diabte dans le monde et 3,5 millions de dcs causs par le diabte, soit 6 morts chaque minute. Ces chiffres vont doubler d'ici l'an 2030 selon les mmes estimations, pouvant atteindre les 370 millions de diabtiques.



La situation est d'autant plus alarmante que la prvalence de cette maladie est de plus en plus importante chez les jeunes et les moins jeunes. Contrairement l'ide reue qui attribue cette maladie uniquement aux personnes ges entre 35 et 65 ans ; les plus jeunes ne sont pas pargns. Durant les dix dernires annes, on compte 75 % de malades en plus avant l'ge de 4 ans, surtout dans des pays en dveloppement. C'est pour cette raison que le thme abord l'anne dernire par cette journe mondiale sera retenu pour l'anne 2008, savoir le diabte chez les enfants et les adolescents . Ce choix est tout fait pertinent dans la mesure o le diabte est l'une des maladies chroniques les plus courantes chez les jeunes. Il peut atteindre les enfants de tous ges, y compris les enfants d'ge prscolaire et les tout-petits. Dans ce cas, seule la prvention compte. Des campagnes de dpistage dans les coles primaires, les collges et les lyces sont ncessaires de temps en temps pour dceler les petits enfants atteints de diabte sans qu'ils le sachent. Certains parents ignorent parfois que leur enfant est atteint du diabte insulinodpendant (DID), qu'on qualifie de Type1 et qui prvaut chez les enfants dans tous les pays. Selon l'OMS, l'incidence du DID est de 0,1 pour 100 000 enfants en Chine et de 36,8 pour 100 000 en Finlande. En France, cette maladie concerne une naissance sur 1 000, soit prs de10 000 enfants de moins de 15 ans sont diabtiques. En Tunisie, d'aprs les statistiques du ministre de la Sant publique, cette maladie touche plus de 10 % des Tunisiens adultes (30 ans et plus), ce qui donne environ 1 million de personnes diabtiques ; ce qui est inquitant pour notre pays qui est classe parmi les pays plus haute prvalence. Le nombre des cas de diabte insulino-dpendant chez les enfants tunisiens ne cesse d'augmenter son tour.



Diabte de type 2

De plus, le diabte de type 2, qui est surtout associ l'obsit et l'inactivit physique et qui est gnralement rserv l'adulte, touche de plus en plus d'adolescents en raison du nombre croissant d'enfants atteints d'obsit. Aux Etats-Unis, au Canada, au Japon, Hong Kong, en Australie, et dans certains pays europens, l'augmentation du diabte de type 2 chez les jeunes apparat de plus en plus comme un problme de sant publique. Ce type de diabte qualifi de non insulino-dpendant est beaucoup plus frquent et reprsente 90% de tous les cas de diabte travers le monde. L encore, la Tunisie n'est pas pargne. Les mauvaises habitudes alimentaires, le manque d'activit physique chez beaucoup de jeunes qui restent assis pendant des heures devant la tl ou l'ordinateur sont des facteurs favorisant l'obsit, cause fondamentale du diabte. Le diabte de type 2, maladie chronique en pleine expansion mondiale, pose un problme majeur de sant publique en Tunisie. Selon Eastern Mediterranean Heath Journal, de mai-juin 2007, sa prvalence est passe de 2,3 % en 1977 10,2 % en 1995. Cette augmentation est due plusieurs facteurs : une occidentalisation du style de vie, la sdentarisation, l'augmentation de l'obsit et du stress... Nul n'ignore les complications qui s'en suivent, notamment le risque de maladies cardio-vasculaires, l'apparition de la nphropathie diabtique, due une insuffisance rnale et qui conduit gnralement la dialyse rnale, sans oublier la rtinopathie diabtique qui peut engendrer des troubles visuels et neurologiques ou encore le risque d'ulcration et d'amputation des pieds ou des jambes.



Sensibilisation et dpistage

Pour lutter contre ce tueur silencieux , le ministre de la Sant publique, a depuis quelques annes pris les mesures ncessaires afin d'endiguer cette pidmie en optant pour les mthodes prventives qui consistent en des campagnes de sensibilisation et de dpistage pour pouvoir agir sur les vritables causes du diabte, en exhortant les jeunes travers les medias une alimentation quilibre et l'exercice des activits physiques rgulires afin d'viter les risques du diabte, tout en prenant en charge par les caisses d'assurance-maladie toutes les personnes atteintes de cette maladie.

Cependant, il ne faut pas lcher prise, la lutte contre le diabte est une action de longue haleine ; mme si actuellement, les diabtologues tunisiens sont au diapason de toutes les nouveauts en matire de traitement et de scurit concernant cette maladie surtout chez les adultes, la prvalence des cas de diabte chez les enfants qui, d'aprs les statistiques alarmantes, ne cesse de prendre de l'ampleur chez nous ; ce qui ncessite sans doute davantage d'efforts pour protger nos enfants de cette pidmie dont les complications sont encore plus dangereuses pour les diabtiques, plus dgradantes pour la sant publique et plus coteuses pour les caisses d'assurance. Des programmes propres l'enfant devront tre labors, des tudes et des recherches plus approfondies devront tre ralises afin que les facteurs de risques puissent clairement tre identifis ; une attention toute particulire devra tre consacre au dpistage prcoce du diabte chez nos enfants pour pouvoir agir au moment propice!

cortex
14-11-2008, 09:48
La nuit de jeudi dernier aux environs de minuit, les urgentistes de l'unit multisciplinaire de chirurgie "El Aghaliba" furent surpris par l'arrive dans la salle d'attente du service, d'une voiture conduite par un chauffard originaire de la localit d'El Khadhra de la dlgation de Kairouan Sud.

Ce dernier qui transportait un accident de la route a dfonc la porte en aluminium du service d'urgence pour arrter sa course devant le bureau de l'infirmier de garde, lui demandant l'vacuation du bless.

L'infirmier de garde tremblant de peur, trouva le courage d'appeler ses collgues en permanence dans les autres services pour secourir le bless et informer la police.

C'est ce moment l que notre bonhomme ralisa la gravit de son acte. Il regarda gauche et droite puis il ouvrit la portire de sa voiture dmarra en trombe et prit la poudre d'escampette, laissant les prsents bahis, eux qui n'avaient jamais vcu une situation semblable.

Notons que le fugitif a assist cette nuit l une crmonie de mariage dans la localit de Raccada. Il fut inform de la prsence d'un accident de la route dont l'tat ncessitait son transport d'urgence l'hpital.

Le chauffard qui conduisait son vhicule vive allure et qui aurait t dans un tat d'brit manifeste, aurait-il perdu le contrle de son vhicule pour dfoncer la porte , briser les vitres et semer le dsarroi dans la salle du service d'urgence, heureusement vide?..

Serait-il tourdi par l'alcool pour commettre ce forfait qui a suscit stupeur et indignation?
Le Temps

cortex
14-11-2008, 10:02
مريض السكّري قادر على ممارسة أي عمل... وحرمانه من حق المشاركة في بعض المناظرات لا مبرّر له

معهد التغذية يفتح أبوابه للكشف التطوعي عن السكري لجميع زوّاره

على غرار بقية دول العالم تحيي تونس اليوم، اليوم العالمي لمرض السكري تحت شعار "السكري نوع 2 لدى الأطفال واليافعين

" وبالمناسبة نظم المعهد الوطني للتغذية والتقنية الغذائية ندوة صحفية تم خلالها تسليط الأضواء على البرنامج الذي تقرر تنفيذه بهذه المناسبة.

وفي هذا الصدد سيتم بداية من الثامنة من صباح اليوم الجمعة إلى غاية الواحدة بعد الزوال الكشف عن المواطنين الذين سيزورون معهد التغذية بقيس مستوى السكر في الدم وضغط الدم وتوزيع مطويات ودعائم تثقيفية عليهم. ويقول السيد الطاهر الغربي الأخصائي في التغذية بالمعهد إن الأشخاص الذين سيتم الكشف عن حالاتهم وفي صورة تبين إصاباتهم بالسكري سيتكفل المعهد بمتابعة علاجهم.

وفي الأثناء ستشارك أخصائيات في التغذية في حصص تثقيفية مع الزوار حول التغذية.. وبداية من الساعة الحادية عشرة صباحا تقدم الدكتورة ليلى بن سالم محاضرة بعنوان "حين يصبح السكري نوع 2 مرض الصغار"..

يذكر أنه أمام تزايد عدد المحلات التي توفر أطعمة مصنعة وجاهزة وسهلة الاستهلاك شهد النظام الغذائي للأطفال والمراهقين في تونس اضطرابات ملحوظة أقلقت المختصين في التغذية نظرا لاحتواء هذه المأكولات على نسبة كبيرة من السعرات الحرارية والدهنيات والسكريات من ناحية، ولتسببها من ناحية أخرى في انتشار بعض الأمراض على غرار السمنة والسكري وضغط الدم أكثر من ذي قبل.. ويلاحظ التقنيون السامون في التغذية الذين يشتغلون بمؤسسات الصحة العمومية وخاصة بالمعهد الوطني للتغذية توافد أعداد متزايدة من المرضى الذين هم في ريعان الشباب وتبين بالكاشف أنهم يعانون من مشاكل في التغذية وخاصة من السمنة.

ويؤدي سوء التغذية بثلث المراهقين التونسيين لاتباع حمية غذائية وفي هذا الصدد يجدر التذكير ببحث أجرته إدارة الطب المدرسي والجامعي حول صحة المراهقين المتمدرسين وكشفت نتائجه أن 25 فاصل 8 من الفتيان و28 فاصل 3 من الفتيات في سن المراهقة يتبعون حمية غذائية..

ومتابعة لأسباب اتباع هذه الحمية الغذائية يظهر أن 28 فاصل 8 بالمائة من المراهقين يتبعونها لغاية تخفيض الوزن ونجد 59 فاصل 5 بالمائة يتبعونها بهدف النمو و19 فاصل 6 بالمائة لزيادة الوزن و31 فاصل 3 بالمائة لأسباب صحية و21 لفاصل 1بالمائة لأسباب شخصية ولكن هذه النسب تختلف بين الفتيان والفتيات فعلى سبيل المثال نجد 39 فاصل 4 من البنات يتبعن حمية غذائية لكي يخفضن من أوزانهن.. ونجد 72 فاصل 1 بالمائة من الفتيان يتبعون حمية غذائية بهدف النمو..

وتم التأكيد خلال اللقاء الإعلامي على أن الأطفال يتبعون نمطا حياتيا لا يساعد على ضمان صحة دائمة فهم يمضون ساعات طويلة أمام الحاسوب والتلفزيون ويتناولون لمجات غنية بالسكريات ولهذا سيعمل المختصون في التغذية على زيارة معاهد ومدارس إعدادية ورياض أطفال لنشر سلوكات غذائية صحية لأن الوقاية على حد قول ممثلة المعهد السيدة آمال بن سعيد "تبدأ منذ الصغر".. وتظهر المشاكل الغذائية على حد تعبيرها في فترة مبكرة وهو ما يستدعي تصحيح السلوك الغذائي.

ومن جهته يؤكد السيد الطاهر الغربي على أن الإشهار له تأثير كبير على توجيه الشراءات وبالتالي على السلوك الغذائي.. وهو يعتبر أن ترسيخ السلوك الصحي ليس مهمة معهد التغذية فحسب بل هو دور يجب أن تضطلع به كل الأطراف من مدارس وجمعيات وغيرها وذلك لوقاية الناشئة من السكري والسمنة لأن الأطفال ابتعدوا كثيرا عن الأكلات الصحية والتراث الغذائي.

ويقول السيد الطاهر الغربي إن السكري نوعان واحد يطغى عليه العنصر الوراثي وهو السكري الذي يحتاج المصاب به للأنسولين وتعتبر نسبة المصابين به أقل بكثير من المصابين بالسكري من النوع الثاني.. فالنوع الثاني يصيب حوالي 80 بالمائة من مرضى السكري عموما..

اكتشاف جديد

في ما يتعلق بالسكري من النوع الأول قال الدكتور خالد زروق المختص في التغذية ان هناك باحثا تونسيا اكتشف مؤخرا من خلال التجارب التي أجراها بالتعاون مع معهد باستور أن المرأة الحامل تنقل السكري من النوع الأول إلى جنينها..

أما النوع الثاني من السكري الذي يعتمد علاجه على الحمية أو الأقراص المضادة للسكري فيرتبط بنمط العيش من تغذية وتدخين وضغوطات نفسية إلى جانب الإصابة بالبدانة والسمنة وقلة النشاط والحركة..

وحينما يستمع المرء إلى كلام الدكتور خالد زروق.. يدرك أن تأمين الغذاء السليم يحتاج فعلا إلى معرفة علمية يجب أن نستقيها من أخصائيين في التغذية كرّسوا الكثير من جهودهم للبحوث وأفنوا سنوات طويلة من العمر في المخابر..كما يفهم أن أغذيتنا غير متوازنة وأنه يجب إعادة النظر في مكونات المائدة التونسية لتكون منافعها أكثر من المضار خاصة وأن الأمراض المرتبطة بسوء التغذية بدأت تنتشر حيث غصت المستشفيات بالمصابين بالكوليستيرول والسكري والسمنة والقلب وغيرها.. وعن عدد المصابين بالسكري في تونس تقول السيد سميرة بلوزة رئيسة المجلس العلمي بالمعهد في ورقة أعدتها بمناسبة احياء اليوم العالمي لمرض السكري إن عدد المصابين يصل إلى عشرة بالمائة أو أكثر في بعض المدن.. وبالتالي فهم يتجاوزون المليون مصاب.. وهو رقم مفزع.

وعن نوعية العلاقة التي يجب أن تربط مرضى السكري بأطبائهم وبغيرهم من الإطارات شبه الطبية قال السيد الطاهر الغربي إن مريض السكري خاصة إذا كان في سن المراهقة يشعر بحرج شديد من مرضه وإن الطبيب أو الممرض أو التقني السامي مدعو إلى تفهم وضعيته وإلى معاملته بلطف ومساعدته على التأقلم مع مرضه والتعايش معه.. فلا يعقل مثلا أن ينادي الممرض بأعلى صوته في قاعة الانتظار في المستوصف أو المستشفى "يلي مريض بالسكر؟" فهو بهذا السلوك الذي يتنافى مع شرط احترام السر المهني يجعل المراهق ينفر من العلاج..

وعن سؤال آخر طالما تبادر إلى أذهان مرضى السكري وهو يتعلق بسبب حرمانهم من إجراء عدد كبير من المناظرات الوطنية التي تفتحها بعض الوزارات والإدارات العمومية خاصة إذا كانوا يستعملون الأنسولين قال قال السيد الطاهر الغربي إن مريض السكري الذي يتمكن من التعايش مع مرضه قادر على ممارسة أي عمل.. وإن حرمانه من حق المشاركة في بعض المناظرات لا مبرر له.. كما أن مريض السكري يمكن أن يمتهن أي عمل مهما كان حتى ذلك الذي يتطلب مجهودا كبيرا شريطة أن ينظم أوقات عمله وأكله ويواظب على دوائه.

فهل سيكون اليوم العالمي لمرض السكري مناسبة للفت الأنظار للإقصاء الذي يشعر به مرضى السكري؟؟ وهل ستتم مراجعة بعض القرارات الإدارية التي تمنع مريض السكري من حق المشاركة في عدد من المناظرات الوطنية ومن حق العمل في بعض الاختصاصات؟؟ وإذا لم يسترجعوا هذا الحق.. فلماذا لا يتم تصنيفهم في قائمة المعاقين وبالتالي تمتيعهم ببعض الإمتيازات التي تتمتع بها هذه الفئة وخاصة ما يتعلق منها بالتشغيل..
الصباح