استشارات في المحاسبة والتصرف والمالية لمن يطلبها

الموضوع في 'الإستشارات المحاسبية' بواسطة wagasou, بتاريخ ‏26 جانفي 2011.

  1. aminejla

    aminejla عضو

    إنضم إلينا في:
    ‏27 أوت 2007
    المشاركات:
    67
    الإعجابات المتلقاة:
    15
      22-11-2016 16:56
    le calcule barème ne fonctionne pas
     
    أعجب بهذه المشاركة foued1986

  2. jamalouch

    jamalouch عضو

    إنضم إلينا في:
    ‏16 فيفري 2010
    المشاركات:
    83
    الإعجابات المتلقاة:
    19
      13-12-2016 09:27
    ?Est ce que le fodec entre dans la calcule du T C L égal= CA hort tax+tva+fodec total x 0.2%
     
  3. عاشق الصمت 0

    عاشق الصمت 0 عضو نشيط

    إنضم إلينا في:
    ‏12 جويلية 2014
    المشاركات:
    172
    الإعجابات المتلقاة:
    49
      13-12-2016 15:58
    هل يمكن مساعدتنا بخصوص عملية مسك محاسبة لنشاط يخضع لنظام حقيقي على غرار مخبزة او مهنة حرة مهندس معماري او طبيب باعتبار ان هؤلاء يخضعون للنظام الحقيقي
    فالرجاء مساعدتنا في هذا المجال ​
     
  4. عاشق الصمت 0

    عاشق الصمت 0 عضو نشيط

    إنضم إلينا في:
    ‏12 جويلية 2014
    المشاركات:
    172
    الإعجابات المتلقاة:
    49
      13-12-2016 16:01
    kvyنرغب في الحصول على دعم متعلق باعداد موازنات مالية لانشطة مهنية وتجارية تخضع لنظام حقيقي هل يمكن مساعدتنا في هذا المجال مع جزيل الشكرf
     
  5. تايزن92

    تايزن92 عضو جديد

    إنضم إلينا في:
    ‏26 نوفمبر 2009
    المشاركات:
    19
    الإعجابات المتلقاة:
    4
      17-12-2016 20:52
    السلام عليكم

    لقد قام المحاسب باخطاء جسيمة في حساباتي و اعطائي معلومات خاطئة على مدة 3 سنوات : انا لدي مؤسسة لبيع مواد البناء و المواد الحديدية (MF:2222222X/B/C/000 )قال لي المحاسب عند شراء اي مواد بناء ( اسمنت , جير . حديد . ياجور) تقوم بتسجيلها بدون الاداء على القيمة المضافة ( مثال : اشتريت اسمنت بقيمة HT= 1000.000 TVA=180.000 اقوم بتسجيلها 1180.000 والمحاسب يسجلها بالتصريح الشهري للاداءات شراءات معفاة : 1180.000 و عند البيع يسجلها معاملات معفى من الاداء على الاداء على القيمة المضافة )

    · تمرير فواتير مواد البناء بدون الاداء على القيمة المضافة ( TTC)

    · تمرير فواتير البيع بدون الاداء على القيمة المضافة ( TTC)

    · النتيجة : هناك ربح للاداء على القيمة المضافة لم يقم بتسجيلها و طرحها من الحاصل للاداء على القيمة المضافة

    الرجاء منكم اعطائي حلا لهذه الاشكالية و كيف يمكنني تتبع المحاسب ليكون هو المسؤول عن هذا الخطا
     
    آخر تعديل: ‏17 ديسمبر 2016
  6. riadhaissa

    riadhaissa كبير مشرفي منتدى الإستشارات طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏21 جانفي 2009
    المشاركات:
    15.622
    الإعجابات المتلقاة:
    17.800
      27-12-2016 19:15

    Bien sur
     

  7. hammouda25

    hammouda25 عضو جديد

    إنضم إلينا في:
    ‏24 فيفري 2013
    المشاركات:
    46
    الإعجابات المتلقاة:
    16
      30-12-2016 18:34
    السلام عليكم,
    svp, j'ai besoin d'avoir des informations concernant les centres de formations en Tunisie et surtout à propos de la tenue de comptabilité et la déclaration annuelle d’impôt.

    شكرا.
     
  8. riadhaissa

    riadhaissa كبير مشرفي منتدى الإستشارات طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏21 جانفي 2009
    المشاركات:
    15.622
    الإعجابات المتلقاة:
    17.800
  9. SOUMA79

    SOUMA79 عضو جديد

    إنضم إلينا في:
    ‏13 أفريل 2015
    المشاركات:
    17
    الإعجابات المتلقاة:
    3
      24-01-2017 12:06
    bonjour svp pour la question:

    L EVASION ET LA FRAUDE FISCAL
    COMMENT JE PEUX REPONDRE
    C EST UNE QUESTION POUR LE CONCOURS ORALE DU MINISTERE DES FINANCES
    MERCI
     
    maryouma2017 و Med2050 معجبون بهذا.
  10. riadhaissa

    riadhaissa كبير مشرفي منتدى الإستشارات طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏21 جانفي 2009
    المشاركات:
    15.622
    الإعجابات المتلقاة:
    17.800
      24-01-2017 22:21
    La fraude et l’évasion fiscales

    I- Définitions

    La fraude et l’évasion fiscales font partie des actes ou des comportements qui ont pour finalité la contestation du pouvoir fiscal, c’est-à-dire le refus de l’impôt. Ce sont des formes de résistance, conscientes ou non, à l’ordre fiscal.

    Le code des impôts n’a pas expressément donné des définitions légales de ce que sont la fraude et l’évasion fiscales. Si l’on s’en tient à la doctrine (française), la fraude fiscale peut être définie comme « une infraction à la loi commise dans le but d’échapper à l’imposition ou d’en réduire le montant » (voir P. Beltrame, l’impôt, éd. M.A., 1987). Il y a au moins deux éléments qui doivent être réunis pour qu’il y ait fraude fiscale :

    l’élément matériel : la fraude fiscale est concrète pour l’administration fiscale. Elle aboutit à la dissimulation de tout ou partie de la base imposable ; il y a donc un manque à gagner pour le Trésor public. L’élément matériel consiste donc à augmenter les charges et/ou à réduire les recettes de l’entreprise. Cet élément matériel doit cependant être démontré par les services des impôts en cas de contrôle.

    L’élément intentionnel : c’est l’élément le plus important car le plus difficile à prouver. L’infraction est constituée lorsque le contribuable à qui l’on reproche la fraude l’a fait de manière délibérée, de manière intentionnelle. A ce niveau, il y a lieu de faire la différence (comme l’a du reste fait le code général des impôts français) entre l’acte volontaire, donc frauduleux et l’acte involontaire. Il s’agit alors de distinguer, dans l’application de la loi fiscale, la bonne ou la mauvaise foi du contribuable, la bonne foi étant l’erreur involontaire (on parle également de simple erreur) et la mauvaise foi étant l’acte frauduleux.

    A côté de la fraude fiscale, il y a l’évasion fiscale, qui est la manifestation évidente de la « manipulation » de la loi fiscale par le contribuable. Le contribuable parvient à échapper à l’impôt, c’est-à-dire qu’il minore volontairement la base imposable (soit en augmentant les dépenses, soit en diminuant les recettes) sans pour autant violer la loi fiscale. Pour cela, il va lire attentivement les textes fiscaux et va donc profiter de certains vides juridiques, ou (faits plus nouveaux dans nos pays) en se servant des nombreuses possibilités qui lui sont offertes au plan sous régional ou international. On peut tout simplement dire que dans l’évasion fiscale, le contribuable « respecte » les textes fiscaux.

    On voit donc que les deux notions, même si elles apparaissent différentes, aboutissent au mêmes résultats. C’est la raison pour laquelle certains refusent de faire la distinction entre les deux et estiment qu’il est mieux de corriger le vide juridique en révisant la loi fiscale, ce qui est réellement plus simple à dire qu’à faire, surtout lorsque l’on est en face de l’évasion fiscale internationale.

    II-Manifestations

    Les causes de la fraude et de l’évasion fiscales sont multiples et extrêmement variées. Il serait hasardeux de se risquer à les citer ou à déterminer laquelle des causes est la plus pratiquée ou la plus déterminante. On peut cependant citer pèle mêle (et sans que cela ne soit exhaustif) l’inadaptation du système fiscal, le refus des contraintes (dans le sens du caractère obligatoire ou contrayant de l’impôt), l’idéologie (certaines théories vont jusqu’à denier à l’Etat la faculté de diriger « la vie » des hommes et des femmes qui composent un pays), l’étatisme (à ne pas confondre avec l’idéologie), les mentalités, le goût des risques, la conjoncture économique, la pression fiscale ou même l’appât du gain. Les manifestations de la fraude fiscale sont aussi variées. Au regard des constats, on peut citer entre autres les cas :
    d’omissions volontaires de déclarations : le contribuable ne déclare pas par exemple l’IUTS de ses employés à la date retenue ;
    de dissimilation de revenus : le contribuable ne déclare pas tous les revenus ou ne déclare rien du tout. La tentation est ici grande quand on sait que le système fiscal burkinabé (et du reste de la plupart des pays francophones) est du type déclaratif et que les moyens mis à la disposition des agents pour le contrôle fiscal restent encore insuffisants ;
    d’organisation par le contribuable de son insolvabilité : il s’agit pour le contribuable de montrer à l’administration fiscale que la matière imposable n’existe plus, suite à de mauvaises affaires ou de faillite de son entreprise. C’est par exemple d’un contribuable qui, sachant qu’il sera sous le coup d’un contrôle fiscal, vend les biens de l’entreprise, ou les met « sous le couvert » de son conjoint, ou même dissout par anticipation son entreprise par des voies somme toutes légales ;
    d’omissions de passation d’écritures ou de passation d’écritures inexactes ou fictives : même si le résultat fiscal est différent du résultat comptable (du fait de l’indépendance du droit comptable et du droit fiscal), il faut souligner que c’est le second résultat qui détermine le premier résultat. On détermine le résultat comptable, puis on applique les règles propres à la fiscalité pour parvenir au résultat fiscal. Cela veut dire que si en comptabilité, toutes les écritures ne sont pas passées, il y a le risque de fraude fiscale ;
    d’autres manifestations sont aussi perceptibles et touchent de manière spécifique certains impôts tels que
    la TVA, la production de pièces fausses ou inexactes en vue de bénéficier d’une exonération fiscale, etc.

    En ce qui concerne l’évasion fiscale, les manifestations sont plus difficilement perceptibles, en raison de la nature même du phénomène. On peut néanmoins citer les cas de l’utilisation de
    la TVA par le contribuable comme une trésorerie.
    La TVA récupérée et qui n’est pas encore reversée à la date limite est utilisée par le contribuable pour augmenter le volume de ses affaires, et ainsi il dispose de revenus sans frais en réalité.

    III-Répression

    La fraude et l’évasion fiscales sont-elles condamnées par la loi ? Autrement, le contribuable qui s’adonne ou qui est reconnu coupable de fraude et/ou d’évasion fiscales peut-il être poursuivi ?

    En ce qui concerne la fraude fiscale, la réponse est évidente. De part sa définition, il n’y a pas d’hésitation. La fraude fiscale étant une violation de la loi fiscale est punie par la loi. Au Burkina, la loi désigne principalement le code des impôts, le code de l’enregistrement et du timbre, le code des douanes et la code pénal. En effet, le code des impôts par exemple, même s’il ne défini pas expressément la fraude fiscale, détermine les sanctions qu’encourt un contribuable qui ne déclare pas ses revenus ou qui les déclare insuffisamment.

    Ces sanctions consistent essentiellement en des pénalités ou en des majorations d’impôts à payer en sus des droits simples. Sur le plan pénal, la fraude fiscale étant un délit peut être aussi l’objet de répression devant les tribunaux. Même si au Burkina, on n’a pas encore connu des peines d’emprisonnement pour fraude fiscale, il n’empêche que ce sont des armes à la disposition du pouvoir judiciaire. En fait, la question réside beaucoup plus dans la distinction entre l’erreur volontaire (donc frauduleux) et l’erreur involontaire (une simple erreur).

    Dans le droit burkinabé, il n’y a pas de réelles différences, en matière de sanction, entre les deux actes. En somme, que l’acte soit volontaire ou involontaire, le contribuable sera sanctionné, au moins par des pénalités ou des majorations. Le code des impôts traite aussi des cas de récidive en partant probablement de l’hypothèse que la récidive est toujours volontaire. Autrement le contribuable qui a mal appliqué la loi fiscale, mais qui est de bonne foi, sera sanctionné selon les mêmes règles que s’il était de mauvaise foi. Cette attitude du législateur burkinabé n’est pas celle qui se pratique dans d’autres pays.

    En France par exemple, la bonne ou la mauvaise foi sont des éléments qui comptent dans l’application des sanctions : « ….si le contribuable a omis de bonne foi d’appliquer correctement les textes en vigueur, il y aura une simple erreur dont le redressement par les services fiscaux ne comportent généralement pas de majorations ou pénalités, sous réserve des intérêts de retard » (conseil des impôts, rapport au Président de
    la République, 1977)

    La répression de l’évasion fiscale est encore plus difficile. Pour qu’il y ait répression, il faut une infraction. Néanmoins certains auteurs pensent que l’on peut utiliser la théorie de l’abus de droit pour réprimer l’évasion fiscale. Cette justification, même si elle est contestable, a l’avantage de mettre à l’abri la responsabilité du législateur dans la rédaction des textes.

    L’importance de ces deux phénomènes est aussi difficile à évaluer, notamment en termes de manque à gagner pour le Trésor public. On se souvient que le Ministre de l’Economie et du Développement, devant la représentation nationale, a chiffré la fraude fiscale à quelques milliards de francs CFA. Dans tous les cas, il est évident que dans le contexte de libéralisation des échanges et d’harmonisation des législations fiscales, il est à craindre qu’il y ait une amplification de leurs effets.

    Source : .www.lefaso.net
     
    maryouma2017 و Med2050 معجبون بهذا.
جاري تحميل الصفحة...
مواضيع مشابهة التاريخ
طلب خطأ في الرصيد في بنك ‏28 جوان 2016
حلت الاستثمار في البورصة ‏27 نوفمبر 2016
طلب بطاقة حساب في بنك ‏6 فيفري 2017

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...