L'Argentine joue déjà gros

ibn_marmout

نجم المنتدى
إنضم
9 أوت 2010
المشاركات
3.878
مستوى التفاعل
4.332
enue en échec (1-1) par la Bolivie en ouverture du tournoi, l'Argentine n'a plus le droit à l'erreur dans «sa» Copa America, face à la Colombie (02h45), première du groupe A. (Photo Presse-Sports)
A domicile, l'Argentine est sous pression lors de la Copa America, qu'elle tente de remporter pour la 15e fois de son histoire. Pour preuve, l'entraînement à huis clos à Santa Fe n'a pas resisté à la centaine de supporters qui a fini par entrer dans le stade. Si le sélectionneur Sergio Batista soutient que «les supporters ont été très respectueux et les joueurs ont apprécié», il sait qu'un revers face à la Colombie n'est pas envisageable.

Favorite de la compétition qu'elle organise, l'Argentine, qui aligne ses meilleurs éléments, a dû se contenter d'un nul guère convaincant contre la Bolivie lors du premier match (1-1). Batista devrait cependant conserver les mêmes joueurs, cette nuit contre la Colombie, qui a profité de sa victoire contre le Costa Rica (1-0) pour prendre les devants dans le groupe A.

Batista : «Messi est bien accompagné»

Avec des joueurs comme Carlos Tevez et Lionel Messi, l'Argentine devrait pouvoir se défaire facilement de son adversaire. Mais les deux joueurs ne sont pas toujours au meilleur de leur forme sous le maillot albiceleste. Au point que le président de la Fédération n'a pas hésité à mettre en cause les coéquipiers du double Ballon d'or France Football : «Messi joue toujours bien, jamais mal, contrairement à ceux qu'il a autour de lui.»

Une théorie aussitôt réfutée par Batista, qui doit avant tout ménager les égos dans son vestiaire : «Il est bien accompagné, avec des joueurs qui ont les mêmes caractéristiques que lui, qui parlent le même langage que lui, a avancé le technicien. Ils sont heureux parce qu'ils jouent de cette manière. Lionel se sent très bien, avec beaucoup d'envie.» A confirmer sans attendre...

argentine-1-1-bolivie.jpg
 

ibn_marmout

نجم المنتدى
إنضم
9 أوت 2010
المشاركات
3.878
مستوى التفاعل
4.332
Gomez : «On ne va pas marquer Messi»

nterrogé mardi sur un éventuel plan anti-Messi, le sélectionneur de la Colombie Hernan Dario Gomez a affirmé qu'il ne mettrait aucune tactique particulière en place pour stopper le numéro 10 argentin mercredi, à l'occasion de la deuxième journée du groupe A de la Copa America.

«Moi, je ne sais pas marquer Messi, a ironisé Gomez le sourire aux lèvres en conférence de presse. On a un style, un projet de jeu, on ne va pas marquer Messi, mais le ballon, parce que marquer Messi est très difficile. Si je demande à mes joueurs de le marquer, je perds la structure de mon équipe et tout le travail que nous avons entrepris. Il faut faire un bon travail de zone.»

hernan-dario-gomez.jpg
 

ibn_marmout

نجم المنتدى
إنضم
9 أوت 2010
المشاركات
3.878
مستوى التفاعل
4.332
Les gros et le spectacle absents

Huit buts seulement ont été marqués au terme d'une première journée pauvre en spectacle mais pas avare de surprises. L'Argentine, le Brésil et l'Uruguay doivent passer à la vitesse supérieure.
Quatrième de la dernière Coupe du monde, l'Uruguay est tombé sur un os dès la première journée de la Copa America : le terrible Pérou, dernier de la zone latina pour les qualifications au Mondial 2010... Après le match nul arraché par la Celeste (1-1), les Uruguayens ont ressorti le fameux thème «Il n'y a pas de petites équipes». «Ca a été très difficile. Ils ont des bons joueurs et nous le savions», a tenté Forlan. «Le résultat montre qu'il n'y a pas de favori et que c'est celui qui sera le plus concentré qui gagnera. Le Pérou est une sélection très dure qui a eu beaucoup de temps pour se préparer», a enchaîné Edinson Cavani à propos d'une équipe que l'Uruguay avait coulé 6-0 en juin 2008. Même le sélectionneur Oscar Tabarez s'y est mis : «Avant le tournoi, tout le monde mettait en avant l'Argentine, le Brésil ou même nous en tant que favoris. Mais il faut ensuite jouer et gagner les matches !»
Le froid grippe-t-il les organismes ?
A sa décharge, il est vrai que sa sélection n'a pas été la seule à se prendre les pieds dans le tapis. En ouverture, l'hôte argentin s'est manqué contre la faible Bolivie (1-1). Le Brésil a ensuite pioché face au Venezuela (0-0). Des favoris, seul le Chili l'a emporté très difficilement contre un Mexique C (2-1). La Colombie a ramé pour battre l'invité costaricain (1-0). «C'est la Coupe des résultats fous», titrait le journal sportif argentin Olé la semaine passée au terme d'une première journée pauvre en spectacle. En six rencontres, il n'y a eu que huit buts et quatre nuls. Et très peu de raisons de s'enflammer.
Nous avons joué le meilleur quart d'heure vu jusque-là dans cette Copa America», s'est faussement enthousiasmé Gerardo Martino, le technicien d'un Paraguay qui a été contraint au nul 0-0 contre l'Equateur... C'est dire ! Alors qu'on attendait les fulgurances de Neymar, l'attaquant brésilien de Santos a été porté disparu contre le Venezuela. L'Argentine a de nouveau montré qu'elle n'avait pas de fonds de jeu et que Messi tout seul ne pouvait rien faire. Finalement, l'éclair est plus ou moins venu d'Alexis Sanchez et du Chili en général qui a plutôt bien joué. Le grand froid qui règne en Argentine a peut-être endormi les organismes des stars qui jouent en Europe. Espérons qu'elles s'habituent et que le spectacle soit enfin au rendez-vous, notamment lors de l'alléchant Uruguay-Chili de vendredi soir. L'Argentine, elle, se fichera de la manière face à la Colombie ce mercredi. «L'important, c'est les trois points», pourrait dire une Albiceleste déjà sous pression pour sa Copa Americ
a.
 
أعلى