Départ précipité de Dramane ! Faut-il faire des reproches à

mehdi-ch

نجم المنتدى
إنضم
10 أكتوبر 2009
المشاركات
4.359
مستوى التفاعل
1.424
Départ précipité de Dramane ! Faut-il faire des reproches à Hamdi Meddeb?


2c9c316901759102525e335c80116773.jpeg




La difficile gestion d'un ténor


Gérer un club de la trempe de l'Espérance Sportive de Tunis n'est pas une mince affaire. Le légendaire club tunisien, haut de ses 92 ans, est en effet à l'image de son riche palmarès: Autant de charges pour autant de consécrations ! C'est que les performances ne sont pas le fruit du hasard et encore moins le tribu des magouilles, comme pourraient le murmurer nos impuissants rivaux de toujours. Les sacres, les titres de noblesse, les légendes se construisent à la sueur du front, dans la persévérance et dans l'amour du club.
Hamdi Meddeb, tout comme ses prédécesseurs, a respecté ces chartes. Il a été, lui aussi, à l'image du club qu'il préside et à la hauteur de son prestige. Plus encore cette année, lorsque le pays a vécu et vit encore une transition particulière, où les compétitions ont accusé un sacré coup par l'absence du public sportif de tous les stades depuis 7 mois. Aucune recette depuis janvier 2011. Des caisses vides qui, à pareille époque, auraient rapporté au club pas moins de 2.000.000 D rien que pour la phase retour du championnat qui a vu les Sang et Or, en football du moins, dominer la compétition, non sans un suspens qui aurait enflammé tous les supporters et drainé les foules à chaque rencontre.

Une stabilité, malgré tout

Dans tout ce paysage chaotique et pénalisant, l'Espérance a continué son bonhomme de chemin en toute quiétude et en toute sérénité. Mieux encore, lorsqu'en début d'année "le doyen" a connu un semblant de crise, matérialisée par les départs consécutifs de Benzarti et de Kanzari, Hamdi Meddeb était présent corps et âme au chevet de son club pour le sortir d'un chaos certain. Il fit savoir à tous ses détracteurs qu'il était prêt à défier toutes les tempêtes. Il dépensait sans compter, et continuera à le faire avec dévouement, persuadé qu'il l'est que l'Espérance mérite bien tous les sacrifices. Une restructuration du staff, désormais digne d'un club européen, en qualité et en nombre, et surtout un recrutement du genre poids lourd, financièrement, en la personne de Dramane Traoré en marge d'une masse salariale des plus élevées du pays. Les résultats sont ceux que nous savons: Un titre de champion, le 3e de suite, une qualification à la phase des groupes de la CLA et une présence en 1/2 finale de la coupe de Tunisie. Quoi de plus performant dans de telles conditions?

Le logique choix du bon sens

Aujourd'hui, le public Sang et Or manifeste son étonnement, voire son mécontentement, à l'égard de la résiliation du contrat de Dramane, et à un degré moindre celle de Roger. Bien sûr, le résultat de parité à Alger y est pour beaucoup dans cette campagne quasi hystérique. Mais au delà de l'obligation de se séparer de tel ou tel étranger, pour des raisons administratives liées au nombre des licences, au delà de toutes les considérations techniques, l'homme ne peut-il pas aspirer à un répit, même si d'aucuns pensent qu'on pouvait quand bien même repousser la décision d'une petite semaine? La colossale charge salariale du seul Traoré, bien que connue d'avance, est en effet un lourd fardeau que seul Hamdi Meddeb ait pris en charge, tout comme le reste des engagements du club tout entier. Avec les concessions qu'il a voulu faire pour ramener Idrissa Coulibaly, déjà pris en charge depuis février, le choix de remplacer rapidement Dramane par Yannick Ndjeng devenait logique lorsqu'on sait que le nouveau venu sera payé sur les 3 années de son contrat, par tranches ventilées.
Finalement, n'ayant pas le feu à la baraque, Hamdi Meddeb aura fait le choix du bon sens, de la raison, d'autant plus que la campagne africaine est on ne peut plus contraignante au niveau des frais immédiats.
De notre côté, nous ne pouvons qu'appeler notre large public à plus de soutien et d'adhésion au club, à plus d'objectivité dans l'analyse des faits pour encourager le président à aller de l'avant et porter nos couleurs encore plus haut tant qu'il est là. Et même si l'histoire nous a dressé une infinie liste d'hommes dévoués ayant servi la famille Sang et Or, le nom de Hamdi Meddeb restera, rien que pour les sacrifices de cette exceptionnelle saison, longtemps gravé dans la mémoire des espérantistes .
 
أعلى