1. عرض جديد خاص بالإشتراك في سيرفر الأحلام و IPTV

«Bin ethneya»: Des destinées à la croisée des chemins…

الموضوع في 'أرشيف الفضائي العام' بواسطة cortex, بتاريخ ‏27 أوت 2008.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      27-08-2008 08:52



    De la souffrance des ouvrières des usines du textile aux problèmes de l’héritage et des conflits des générations, on en parlera lors de la grille ramadanesque. Avec «Sayd errim»- traduit par «La chasse à la gazelle»- de Ali Mansour, les téléspectateurs découvriront «Bin ethneya» qui signifie «A la croisée des chemins » de Habib Messelmani. Une nouvelle production dramatique télévisée qui braque des lumières sur le vécu dans les zones rurales et les problèmes de la terre et des jeunes.



    Dans quelques jours, la grille télévisée de Ramadan 1429 sera dévoilée. Et c’est toujours la même rengaine du retard et des changements qui se font à la dernière minute pour plusieurs raisons. En attendant que les directions de la programmation de nos deux chaînes nationales satellitaires T7 et Tunisie 21 dévoilent les composantes de la grille ramadanesque, on ne peut qu’espérer voir des productions qui rivalisent sur le plan qualitatif avec celles qui sont diffusées ici et là sur toutes chaînes arabes.

    Et si Ali Mansour, réalisateur de «Sayd errim», achèvera cette semaine le tournage de son feuilleton, Habib Messelmani, l’un aussi de nos réalisateurs chevronnés, s’est penché depuis quelques jours sur le montage de «Bin ethneya»- qu’on traduit par «A la croisée des chemins». Co-signé par Mehrez Ezzine et Jihad El Jeni, ce feuilleton traite du vécu des habitants des zones rurales qui endurent différents problèmes liés à la terre et à l’héritage... A chaque région, ses propres histoires et ses problèmes qui rythment le quotidien de ses habitants… Des histoires parfois amères ponctuées de conflits, de déchirures, de haine… C’est dans ces ambiances conflictuelles que Habib Messelmani et son équipe artistique et technique nous plongeront tout au long de quinze épisodes. Des récits croisés qui meubleront nos soirées ramadanesques et où l’amour sera exposé sous plusieurs facettes, soulignant la valeur de la terre qui reste toujours source de fierté des familles surtout dans les zones agricoles. Dans ce feuilleton, les deux scénaristes n’ont pas oublié d’ouvrir une parenthèse sur la souffrance des ouvrières des usines du textile qui supportent les difficultés, les brimades, l’humiliation… en quête d’une vie meilleure. Lors de cette grille, et par une pure coïncidence, on parlera à deux reprises, c'est-à-dire dans les deux feuilletons, des travailleuses dans les usines du textile et de leur triste situation. Deux productions qu’on souhaite voir parvenir à bien parler du vécu de ces femmes.

    Sur T7 ou Tunisie 21 ? On ne le sait pas encore car la décision définitive sera prise et annoncée lors de cette semaine. Côté casting, «Bin ethneya» réunit une armada de talentueux comédiens tunisiens que les téléspectateurs ont pris l’habitude de voir avec l’avènement du croissant, annonçant le mois sacré de Ramadan. Parmi ces noms qui accompagneront les fidèles de nos deux chaînes à cette occasion, on cite : Saoussen Maâlej, Néjia Ouerghi, Younès Ferhi, Amel Safta, Jamel Madani, Hessine Mahnouch, Aziza Boulabyar, Ali Bannour, Issa Harrath, Dalila Meftahi, Samia Ayari, Mohamed Hessine Grayaâ etc.

    Pour les jeunes comédiens, Habib Messelmani a invité une pléiade de talents qui ont déjà confirmé l’année dernière leur doigté comme Fatma Ezzahra Meattar qu’on a vu dans «Kamanjet Sallama» (Le violon de Sallama) dans le rôle de Saoussen. Cette jeune et belle comédienne ne sera pas seule. D’autres jeunes comme Yacine Abdallah, Raoudha Mansouri, Khaled Hmam seront sur le générique de ce feuilleton dont le tournage a eu lieu dans plusieurs villes de la Tunisie, à savoir : Ain Draham, Tabarka, Zaghouan et Tunis et qui a été achevé le 14 de ce mois.

    De Habib Messelmani à Ali Mansour, on espère que les téléspectateurs seront bien servis par les histoires de ces pauvres ouvrières des usines du textile ou celles des habitants des villages et leurs récits relatifs à l’héritage.
     

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...