Des stylos d’insuline pré-remplis multi-usage et jetables

الموضوع في 'الدروس الصحية' بواسطة cortex, بتاريخ ‏8 سبتمبر 2008.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      08-09-2008 16:24
    Du nouveau sur le marché tunisien: Des stylos d’insuline pré-remplis multi-usage et jetables

    A l’occasion de la présentation de leur nouveau stylo injecteur d’insuline « SoloStar », les laboratoires Sanofi Aventis ont parlé de la situation du diabète en Tunisie, avec de grands spécialistes tunisiens dans ce domaine. Une conférence de presse a eu lieu vendredi 29 août 2008 dans un hôtel de la Capitale.
    Sanofi Aventis et le diabète, c’est une longue aventure qui date de plus de 80 ans. En effet c’est en 1923 que les laboratoires Hoechst, devenus Sanofi Aventis, ont développé leur première insuline synthétique, marquant ainsi le début de l’engagement du groupe dans cette pathologie. Actuellement ce laboratoire est leader mondial en recherche et développement, où il investit environ 20% de son chiffre d’affaires. En plus de l’investissement financier il y a un investissement humain puisque plus de 17.000 personnes dans le monde travaillent dans le groupe pour améliorer la qualité de vie des patients. La collaboration avec la Tunisie se situe à plusieurs niveaux, en particulier dans l’aide à la recherche, dans la promotion de campagne de sensibilisation, de dépistage, en mettant à la disposition des citoyens un numéro vert pour les renseignements et les conseils, et ça, c’est une première en Tunisie.
    En 2000, les laboratoires Sanofi Aventis ont mis sur le marché une insuline nouvelle, la Lantus, une insuline basale active pendant 24h, avec une action régulière sans pic, et qui est administrée en une seule injection. Il fallait par la suite trouver le système d’injection, « le moins douloureux, le plus facile», c’est ainsi que fut créé le stylo Lantus SoloStar.
    La nouvelle présentation de ces stylos, mis en vente en Tunisie depuis juillet 2008, offre dans une même boîte un jeu de cinq stylos pré-remplis, contenant chacun 100 unités d’insuline Lantus, que l’on jette une fois vide. Si l’on n’utilise pas toute la dose contenue dans le stylo, on peut s’en servir plusieurs jours, on peut le transporter à température ambiante, ce qui n’était pas possible avec aucune autre forme d’insuline. L’utilisation de ces stylos est très simple, très précise, indolore, grâce à un revêtement en silicone de l’aiguille très fine qui se trouve au bout du stylo. Les stylos sont gradués de 1 à 80 unités en une seule injection, avec des chiffres lisibles et des «clics » sonores à chaque injection de la dose sélectionnée. La boîte de cinq stylos coûte 144D, et il est à noter que la majorité des patients utilisent entre

    20 et 30 unités d’insuline par jour.
    La procédure pour le remboursement de ce produit par la CNAM existe, il suffit que le médecin traitant précise cette nature d’insuline avec sa forme d’injection, dans le dossier du malade.
    En Tunisie le diabète touche un million de personnes (la prévalence est estimée à 13%). Presque 80% sont des diabétiques dits type 2, c’est-à-dire des diabétiques qui normalement peuvent être traités par des comprimés, les antidiabétiques oraux, le régime alimentaire adéquat et l’activité physique. Les facteurs environnementaux ont un grand rôle dans la cause de ce diabète. Il arrive assez souvent que ces malades (diabète type 2), ne répondent plus au traitement par voie orale, ils perdent leur capacité de synthèse de l’insuline. C’est à ce moment qu’il faut passer au traitement par l’insuline, qui ne s’administre que par voie injectable. Ce diabète de type2 devient insulino-nécessitant. Introduite précocement, l’insulinothérapie améliore la sécrétion d’insuline et limite les effets délétères de l’hyperglycémie. Mais si l’on retarde le recours à l’insulinothérapie, les complications seront plus lourdes. En Tunisie il y a un obstacle à l’acceptabilité de l’insulinothérapie dans le sens où les médecins prescrivent tardivement ce traitement, craignant les complications, en particulier le coma par hypoglycémie (plus grave que l’hyperglycémie). Par manque d’informations justes, les patients sont aussi réticents vis-à-vis de l’insuline, ils pensent que si l’on est sous insuline c’est que l’état de santé est très grave et qu’ils sont condamnés pour la vie.
    Lors de cette conférence de presse, les journalistes ont profité de la présence des Professeurs Samira Blouza et Claude Ben Slama, pour poser la traditionnelle question concernant le jeûne du mois de Ramadan et les diabétiques. Nos deux spécialistes sont unanimes pour dire que chez les patients sous insuline il n’est pas question de jeûner, et chez les patients sous antidiabétiques oraux il n’est pas question de jouer aux médecins pour répartir soi-même son traitement. Il faut l’avis de son médecin. Mais, il y a des malades qui, quoiqu’on leur dise, vont jeûner ; ceux-là, il vaut mieux les accompagner médicalement. L’insuline Lantus serait ici la meilleure indication car justement elle donne une répartition stable d’insuline dans l’organisme sans pic qui provoquerait une hypoglycémie. Un matériel de surveillance par l’auto-mesure de la glycémie toutes les deux heures doit être disponible chez le malade diabétique, sous insuline et qui insiste pour jeûner.
     
    1 person likes this.

جاري تحميل الصفحة...
مواضيع مشابهة التاريخ
Site pour telecharger des articles de medecine ‏26 أوت 2016

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...