1. عرض جديد خاص بالإشتراك في سيرفر الأحلام و IPTV

Weld Ettaliana

الموضوع في 'أرشيف الفضائي العام' بواسطة cortex, بتاريخ ‏14 سبتمبر 2008.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      14-09-2008 14:12
    Avant la diffusion du 1er épisode de Weld Ettaliana
    (le fils de l’Italienne) par une marque de pâtes
    connue, écrit et réalisé par Néjib Belkadhi, nous
    avions, bien entendu, accordé le préjugé favorable,
    d’autant qu’une campagne promotionnelle alléchante,
    menée à cor et à cri, sur Tunis 7, annonçait une production
    «plus romantique que le feuilleton Nour» et… «plus
    haletante que Prison Break».
    Mais à la découverte des premiers épisodes, nous
    avons vite fait d’être conforté dans l’idée que la publicité
    est dans son essence mensongère.
    Pourquoi tant de prétentions, alors que cette fiction
    est finalement loin du compte?
    A première vue, il semble que Weld Ettaliana a été
    écrit et réalisé dans la précipitation.
    Conséquence : rien ne coule de source, ni la fable, ni
    la trame, ni les personnages, cela côté fond.
    Côté forme, on a affaire à un méli-mélo de plusieurs
    styles entre conventionnel (narration et voix-off, sorte
    de clin d’oeil au grand chroniqueur Abdelaziz Laroui,
    mais ne comparons pas l’incomparable) et autres tendances
    (un rien trash, speedé, outre le reportage avec caméra
    portée façon Chems Alik et VHS-Kahloucha du même
    auteur-réalisateur). Un mélange de styles globalement
    peu maîtrisé où Néjib Belkadhi, perd son âme et nous,
    notre latin.
    Bref, nous nous attendions à un divertissement perlé
    d’humour décalé ou d’humour tout court tel annoncé
    dans la bande-promotionnelle, mais on découvre une
    fiction qui n’affiche pas un genre aux contours précis et
    bien définis et dont la plupart des épisodes sont cahotiques,
    pour ne pas dire incompréhensibles. Car si l’intention
    du réalisateur est de faire dans le décalé, voire le déjanté,
    faudrait-il encore savoir que le genre obéit à des règles
    précises sans lesquelles l’ensemble devient confus. D’où
    des personnages sans liant, réduits à de simples esquisses,
    des situations insipides sans tête ni queue surtout sans
    cet humour — objet du désir.
    Pis, il est arrivé que certaines situations et dialogues
    dénigrent — à contresens — le produit sous-tendant la
    fiction (le 2e épisode, par exemple).
    Côté atmosphère, l’âme italienne (l’anima italiana),
    normalement l’un des ingrédients de Weld Ettaliana,
    est inexistante. Elle n’est présente ni dans les dialogues,
    ni dans le jeu (par trop maniéré et théâtral) et la gestuelle
    des protagonistes concernés, encore moins dans les décors.
    Au final, ce feuilleton promotionnel est une sorte de
    réplique de El Icha maqrouna (diffusé sans tapage sur
    Hannibal TV), autre feuilleton sympathique et sans
    prétention, du genre dessins-animés réalisé par Mohamed
    Damak pour une autre marque de pâtes.
    Tel une pâte qui n’a pas levé parce qu’elle n’a pas été
    assez travaillée, Weld Ettaliana nous laisse sur notre
    (grande) faim.
     
    1 person likes this.

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...