• كل المواضيع تعبّر عن رأي صاحبها فقط و ادارة المنتدى غير مسؤولة عن محتوياتها

قمة "يريفان" تبحث انضمام السعودية للمنظمة الدولية للفرانكوفونية

تاس تيزينوت

نجم المنتدى
إنضم
23 نوفمبر 2013
المشاركات
4.062
مستوى التفاعل
4.851
ajel.sa

تعقد يومي 11 و 12 أكتوبر
قمة "يريفان" تبحث انضمام السعودية للمنظمة الدولية للفرانكوفونية

1_2012.png



تناقش القمة المقبلة للمنظمة الدولية للفرنكوفونية (OIF) التي ستعقد يومي 11 و 12 أكتوبر في "يريفان" عاصمة أرمينيا، طلب ترشح المملكة العربية السعودية كعضو مراقب.


وقالت قناة "فرانس 24" في نسختها الفرنسية: "يعتبر طلب الرياض ترشحها كعضو مراقب في المنظمة أحد الموضوعات الهامة التي سيتم مناقشتها في القمة المقبلة".

وأوضحت أن هذه هي ثاني مرة تقدم فيها المملكة السعودية طلب انضمام للمنظمة؛ حيث كانت المرة الأولى في 2016، لكن الملف كان غير مكتمل وتقرر حينها إرسال بعثة تقييم للمنظمة الدولية إلى المملكة لضمان التقدم الجيد للملف.

وأكدت أنه وفقًا للنظام الأساسي للمنظمة الدولية للفرانكفونية، لا تشكل عدم كون اللغة الفرنسية هي الرسمية للدولة الطالبة عائقًا أمام عضويتها، لكن لكي تصبح مراقبًا، تطلب OIF إبداء رغبة من الدولة طالبة العضوية لتطوير استخدام الفرنسية، بغض النظر عن الوضع القائم وقت تقديم الطلب.

ولفتت القناة إلى أن هناك عددًا من الشراكات تمت بين الرياض وبعض الجامعات الفرنسية من أجل الترويج لتدريس اللغة الفرنسية بشكل كامل، ما يفي بشروط العضوية لدخول المملكة المنظمة الفرانكوفونية.

والفرانكفونية هي رابطة تضم الدول والشعوب التي تتحدث الفرنسية كلغة رسمية أو حتى لغة إضافية، وقد ظهر هذا المصطلح لأول مرة في القرن التاسع عشر.

تضم المنظمة 84 دولة من بينها 58 دولة عضو و26 دولة تتمتع بصفة مراقب، وتهدف منذ نشأتها سنة 1970 إلى تجسيم تضامن نشيط بين أعضائها؛ حيث تمثل أكثر من ثلث الدول الأعضاء في منظمة الأمم المتحدة، وتضم 900 مليون نسمة من بينهم 274 مليون ينطقون بالفرنسية.

2_1468.png




 

تاس تيزينوت

نجم المنتدى
إنضم
23 نوفمبر 2013
المشاركات
4.062
مستوى التفاعل
4.851
jeuneafrique

Francophonie : l’épineuse candidature de l’Arabie saoudite


09 octobre 2018 à 15h28 | Par Pierre Boisselet - envoyé spécial à Erevan
Mis à jour le 09 octobre 2018 à 17h16
43360741060_dba781d73c_z-592x296.jpg


La Gambie, l’Irlande, l’État américain de la Louisiane et Malte ont demandé à intégrer l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) à l’occasion du sommet d’Erevan. Les chefs d’État doivent aussi se prononcer sur le cas, beaucoup plus épineux, de l’Arabie saoudite.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) devrait bientôt passer de 84 à 88 États membres. Quatre nouveaux pays se sont en effet portés candidats au statut de membre observateur à l’occasion du sommet d’Erevan : la Gambie, l’Irlande, l’État américain de la Louisiane et Malte.

Ils espèrent pouvoir rejoindre une organisation qui constitue un réseau d’influence sur la scène international. Leurs dossiers doivent être étudiés par les chefs d’État lors du sommet, les 11 et 12 octobre, ce qui est généralement une formalité.

Une question de valeurs

Ce ne sera pas le cas pour un autre dossier sur lequel ils vont devoir trancher : le cas beaucoup plus épineux de l’Arabie saoudite, qui avait présenté sa candidature dès le sommet d’Antananarivo, en 2016. Celle-ci est soutenue par plusieurs pays du continent, dont le Maroc et le Sénégal. Elle gêne toutefois nombre de membres, tant la monarchie saoudienne parait en contradiction avec les valeurs de l’OIF sur les droits humains, les droits des femmes ou encore la démocratie.

Le Canada, qui est un membre influent de la Francophonie – il est le deuxième contributeur financier de l’organisation, derrière la France -, est notamment en plein conflit diplomatique avec le royaume depuis le mois d’août : Riyad a en effet expulsé l’ambassadeur canadien Dennis Horak, après que la diplomatie canadienne avait demandé la « libération immédiate » de militants des droits humains dans le pays.

L’affaire Jamal Khashoggi, ce journaliste saoudien porté disparu depuis un rendez-vous au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre, pourrait aussi peser contre la candidature saoudienne.

Lors du sommet d’Antananarivo, en 2016, déjà, son dossier avait été jugé incomplet et renvoyé à un examen ultérieur. L’OIF a depuis envoyé une mission d’observation sur place, qui a remis son rapport sous scellés aux chefs d’État francophones.

Trois demandes de promotion émanant de membres observateurs doivent par ailleurs être étudiées à Erevan : ceux des Émirats arabes unis, du Kosovo et de la Serbie, qui souhaitent accéder au rang de membre associés.
 

تاس تيزينوت

نجم المنتدى
إنضم
23 نوفمبر 2013
المشاركات
4.062
مستوى التفاعل
4.851
Sommet Erevan : pourquoi intégrer la Francophonie... quand on ne parle pas français?


Corée du sud, Mozambique, Ukraine ou Thaïlande... tous ces pays ont en commun d'être des membres observateurs de
l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Pourtant les locuteurs réellement francophones y sont peu nombreux. Pourquoi intégrer l'OIF ? Éléments de réponse avec deux pays dont le candidature va être examinée au Sommet de Erevan : l'Irlande et l'Arabie saoudite.


Mise à jour 09.10.2018 à 17:07
par
Lucie Monier-Reyes

"Je dois améliorer mon français avant que l'Irlande ne rejoigne officiellement la Francophonie". Cet aveu vient du Premier ministre irlandais le 24 octobre 2017 à la suite de sa rencontre avec le Président français, Emmanuel Macron. Un an après cette déclaration : Leo Varadkar a-t-il fait des progrès linguistiques ? Pas sûr....


Au-delà de la petite histoire, le Sommet de Erevan des 11 et 12 octobre sera l'occasion de savoir si l'Irlande a un dossier de candidature assez solide pour intégrer l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) tant que pays observateur.

Même si 60% des jeunes Irlandais choisissent le français comme première langue étrangère lors de leurs études dans le secondaire, le pays reste éloigné de la sphère francophone. Mais peu importe car comme le précisent les statuts et modalités d’adhésion à l'OIF : "Toute demande de participation en qualité d‘observateur doit se fonder sur une volonté de favoriser le développement de l‘usage du français, quel que soit son usage effectif au moment de la demande".


Le Brexit comme détonateur

Après le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne de juin 2016 et dans la perspective du Brexit annoncé pour l'an prochain, il y a urgence pour Dublin toujours trop dépendante de Londres. Au-delà de l'épineuse (et potentiellement explosive) question des frontières entre les deux parties de l'île, c'est l'accès au marché britannique qui pose problème. Et Leo Varadkar n'a eu de cesse de le rappeler lors de sa venue à l'Elysée et des récents sommets à Bruxelles. La Grande-Bretagne reste son principal partenaire commercial, dans les secteurs de l'agriculture et du tourisme notamment, et le troisième investisseur après les Etats-Unis et l'Allemagne. Si un Brexit dur est appliqué et que les contrôles aux frontières sont rétablis "l'Irlande deviendra une île dans une île", comme l'analyse fort justement le professeur Bruno Bernard, expert en francophonie économique.

Alors intégrer la sphère francophone serait une aubaine. En Europe déjà mais surtout en Afrique où les perspectives économiques et démographiques séduisent déjà d'autres puissances, la Chine en tête. La République d'Irlande a favorisé depuis des années une politique fiscale très attractive pour les grandes entreprises du secteur tertiaire et ces dernières - comme Amazon par exemple - "verraient d'un bon oeil une ouverture vers l'Afrique où le marché en ligne explose," explique Bruno Bernard.

Mais il suffit de regarder l'état de la représentation diplomatique irlandaise sur le continent pour se rendre compte que le pari est loin d'être gagné en Afrique francophone.

L'Irlande ne possède pas d'ambassades ou de consultats en Côte d'Ivoire, au Sénégal ou au Cameroun. Pour ces pays, prière de s'adresser à la représentation diplomatique à.... Abuja, au Nigeria, pays anglophone. Même chose pour la République Démocratique du Congo, il faut aller en Tanzanie voisine. Pire, pour le Maroc ou le Mali, veuillez vous adresser aux représentations au Portugal et à Dublin...

Quid de l'Arabie saoudite ?

La monarchie du Golfe n'est pas reconnue pour son respect des droits humains. Par ailleurs, elle mène une guerre meurtrière au Yémen et finance en Afrique - des écoles coraniques qui diffusent l'islam wahhabite nourrissant des groupes radicaux.
Comment peut-elle prétendre au statut de candidat observateur de l'OIF ?

Les valeurs de la Francophonie

Selon les statuts et modalités d’adhésion à la Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage toute demande d'adhésion doit "traduire un intérêt réel pour les valeurs défendues par la Francophonie".

La Charte de la Francophonie, adoptée en novembre 2005 à Antananarivo, précise :
"la Francophonie (...) a pour objectifs d’aider : à l’instauration et au développement de la démocratie, à la prévention, à la gestion et au règlement des conflits, et au soutien à l’État de droit et aux droits de l’Homme ; à l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations ; au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle ; au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l’essor de leurs économies ; à la promotion de l’éducation et de la formation."

En 2016 déjà, Riyad a frappé à la porte de l'OIF mais son dossier avait été rejeté car jugé "incomplet" par les États membres. Ils s'étaient alors rangés derrière l'avis du Conseil Ministériel de la Francophonie (CMF), l'une des trois instances de l'OIF qui assure la continuité politique du Sommet de la Francophonie.

Aujourd'hui encore cette candidature renouvelée embarrasse.
Pour autant, peut-on dire que la monarchie pétrolière est candidate pour gagner en respectabilité ? Ce n'est pas ce que pense le professeur Bruno Bernard : "L'Arabie saoudite n'a pas de problèmes économiques aujourd'hui, certes, mais demain ? Son économie est entièrement basée sur le pétrole, miser sur une ouverture à la francophonie et notamment à l'Afrique est une bonne stratégie. L'ouverture à l'OIF c'est une spéculation à long terme. En Afrique de nombreux pays francophones sont de confession musulmane. Il y a déjà une approche possible par la langue arabe et la religion. Ajouter une approche par la langue française permettra de péréniser des investissements et des marchés futurs."

Le cas du Qatar

En 2012, Doha a directement intégré l'OIF en tant que membre associé. Un degré supérieur à celui de simple observateur et qui est plus restrictif en matière de critères demandés pour accéder à ce grade. Des critères définis par les statuts et modalités d'adhésion et qui vont de la scolarisation en français à la captation de radios et télévisions francophones en passant par le respect de la démocratie et des droits humains.

Pourquoi le Qatar n'est-il pas passé par la "case" pays observateur avant celle de membre associé ? Le pays était alors "dans une dynamique de communication internationale où tout était possible" rappelle le Pr Bernard. L'Émirat avait fait des investissements colossaux en France et il obtenait la Coupe du monde de football 2022. "Le Qatar était dans un moment de grâce absolu qu'il a utilisé pour passer tous les obstacles", selon lui.

Un état de grâce?


Dans beaucoup de pays comme la Corée du sud ou le Mexique, "la Francophonie est revenue en grâce. Et le Président Trump nous a bien aidé dans ce sens. Car ceux qui détestent l'Amérique veulent se raccrocher aux valeurs véhiculées par la Francophonie. Elle a repris du grade ces dernières années, elle a gagné en fraîcheur, ce qui renforce sa capacité d'attraction, notamment après de la jeunesse internationale", conclut le Pr Bernard.

Á l'issue du Sommet de Erevan, l'Arabie saoutie rejoindra-t-elle le Qatar ?
Réponse le 12 octobre.


information.tv5monde
 
أعلى