1. عرض جديد خاص بالإشتراك في سيرفر الأحلام و IPTV

Bayna Ethanaya et Sayd Errim

الموضوع في 'أرشيف الفضائي العام' بواسطة cortex, بتاريخ ‏21 سبتمبر 2008.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      21-09-2008 14:01
    Ressemblance fortuite
    ou plagiat?


    Tout le monde en parle. La ressemblance entre
    les feuilletons Bayna ethanaya (scénario de
    Jihad Jani, réalisation de Habib Mselmani)
    et Sayd errim (scénarisé par Rafika Boujdaï et
    réalisé par Ali Mansour) est flagrante. Du moins,
    concernant le thème de la condition de jeunes
    ouvrières victimes, entre autres, d’harcèlement
    sexuel.
    Il est vrai que tout le monde a été frappé de voir,
    dès le lancement de la bande annonce de Sayd
    Errim, qu’une bonne partie de l’action se déroule,
    comme dans Bayna Ethanaya, alors en cours de
    diffusion sur Tunis 21, dans une usine de confection
    de vêtements où des jeunes filles sont à l’oeuvre.
    Pourquoi cette analogie des faits, du décor et
    de l’action? Comment en est-on arrivé-là? S’agitil
    de ressemblance fortuite ou de plagiat?
    Ebauche de réponse d’une des parties concernées
    dans Musica wa forja du samedi 13 septembre.
    Interrogé sur la question par «l’envoyée spéciale
    », Manal Ben Amara, Ali Mansour, supervisant
    le montage encore en cours de Sayd Errim,
    a vivement répliqué «que le thème central du
    feuilleton tourne entièrement autour de la condition
    de jeunes ouvrières et l’action se passe en bonne
    partie dans l’usine». Faisant, ainsi, allusion au
    fait que ce thème est secondaire, voire parachuté
    dans Bayna Ethanaya.
    Mais fâcheuse habitude, l’intervieweuse a vite
    fait de l’interrompre en lui retirant la parole,
    concluant par des banalités — façon langue de bois
    — enrobant son propos de généralités insipides.
    Mais là n’est pas notre propos. De son côté,
    Raouf Ben Amor, l’un des interprètes de Sayd
    Errim, interrogé auparavant par l’animatrice Asma
    Bettaïeb, dont il était l’invité, ne s’est pas empêché
    de poser la question : «Comment la commission
    de lecture des fictions de télé a-t-elle retenu
    deux scénarios traitant, quoique en partie, d’un
    même thème?»
    Toutefois, est-ce vraiment la commission de lecture
    qui porte la responsabilité de tout ça? En tout
    cas, selon une source bien informée, nous avons
    appris qu’aucun des scénarios retenus par la commission
    de lecture n’a été validé par les décideurs,
    Bayna Etthanaya et Sayd Errim ont été choisis
    indépendamment de la décision finale de la commission.
    Les questions que tout le monde se pose donc
    ne devraient point être adressées à la commission
    de lecture, mais aux décideurs et programmateursmême
    de la télé.
    D’abord, pourquoi n’ont-ils pas tenu compte des
    résultats des travaux de la commission qui, quoique
    consultative, semble plutôt servir d’alibi et de faire-
    valoir?
    Ensuite, pourquoi ceux qui ont finalement choisi
    ces deux fictions n’ont-ils pas décelé, ni relevé cette
    analogie décriée par les uns et les autres? Est-cesérieux?
    Il semble bien qu’en confinant la commission
    dans un rôle uniquement consultatif, afin de passer
    à chaque fois outre ses choix, on tombe forcément
    dans de tels problèmes et travers.
    Alors? Alors donnons à cette commission de
    lecture, constituée — on le sait — en général de
    connaisseurs et de gens du métier, les prérogatives
    nécessaires afin d’éviter de pareils imbroglios qui
    ne font que jeter le discrédit sur la profession en
    sapant, ainsi, toute crédibilité et sérieux. Ce qui
    ne fait point honneur au métier.
     
    2 شخص معجب بهذا.

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...