Peut-on continuer à faire confiance à la finance ?

الموضوع في 'أرشيف المنتدى التعليمي' بواسطة cortex, بتاريخ ‏29 سبتمبر 2008.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      29-09-2008 05:30
    Faire confiance à la finance ? Certainement pas à la finance
    conventionnelle, responsable de tous les dysfonctionnements
    actuels qui affectent l’économie mondiale. Banquiers et
    politiciens abandonnent pour un temps la langue de bois pour
    dire qu’il faut stopper le massacre et revenir aux règles de base
    qui guident la gestion du risque, sauf qu’ils oublient qu’aucune
    règle ne peut plus contenir l’avidité et le profit

    On a bien vu que les Etats-Unis, pays des régulateurs et
    des règles prudentielles contraignantes ont été dans
    l’incapacité de prédire ce qui allait se passer dans l’année,
    alors que tous les signes d’un séisme financier étaient
    réunis. Comment investir dans quelque chose ou sur quelqu’un
    si vous n’avez plus confiance. Finalement, on se retrouve dans
    une situation où pour calmer l’opinion publique et rétablir la
    confiance des marchés, on fait semblant de procéder à des
    changements de grande ampleur sans réellement modifier la
    nature du système qui a été à l’origine de toutes ces crises. La
    récurrence de ces crises a fini par lasser tout le monde, les gens
    ont compris que même la stabilité n’est plus garante de la
    sécurité. On s’est rendu compte d’une chose, c’est que la crise
    financière mondiale, qui a frappé toutes les places financières,
    n’a pas freiné le développement de la finance islamique qui fait
    une percée remarquée en Asie, en Afrique et même en Europe.
    Certains analystes suggèrent que la crise des subprimes pourrait
    offrir de nouvelles perspectives à la finance islamique,
    puisque l’application des principes de celle-ci aurait prévenu
    une telle débâcle. On rappelle à ce propos qu’une réglementation
    vient d’être édictée par tous les régulateurs financiers
    occidentaux qui interdit les ventes à découvert sur les valeurs
    financières. La vente à découvert, c’est vendre ce que l’on n’a
    pas encore pour le racheter ensuite, une fois que son cours a
    baissé. En effet, rien n’obligeait à bloquer la somme correspondant
    au montant de la valeur de la vente, on réalise alors une
    opération à nu. Au poker, ce serait comme parier sans mettre
    de «blind» - la mise obligatoire pour jouer - sur la table. C’est
    ce type de pratique financière favorisant la spéculation qui a
    amplifié la crise financière. La finance islamique condamne et
    prohibe aussi bien l’intérêt (riba) et plus encore la spéculation
    (gharar), l’inconnu, c’est-à-dire tout pari sur l’avenir. Ainsi, les
    systèmes de vente à découvert, options, swaps, sont interdits
    dans un système financier islamique. Les grandes banques
    occidentales ne jurent plus que par la finance islamique, commente
    Taïb Hafsi, spécialiste des fonds islamiques et professeur
    à HEC (commerce) de Montréal. Une finance sans spéculation,
    sans intérêt. Loin de la débâcle de la crise des crédits.
    Les concepts en vogue, à Londres, comme à Genève, sont
    désor mais mourabah, mousharaka, moudaraba, sukuk, les
    fonds d’investissement et papiers-valeurs islamiques. Les hauts
    cadres des grandes banques occidentales doivent connaître par
    coeur ce nouveau jargon bancaire. Les banquiers se mettent
    aussi à l’arabe. Leurs dirigeants ont montré l’exemple en mai
    dernier à Bahreïn, lors d’un grand congrès sur la finance islamique.
    Les savants de l’Islam leur ont expliqué les règles du
    jeu. Ces «muftis-trader» leur ont fait comprendre qu’ils sont
    les maîtres du «monopoly» en donnant le label islamique aux
    fonds bancaires et en veillant à ce que l’argent reste «hallal».
    L’enjeu est de taille pour la plupart des banques occidentales
    dans la région des «pétrodollars». 1200 milliards ont été générés
    en 2007 et plus de 900 milliards échangés entre bourses
    régionales. Les uns après les autres, les pays remettent en question
    le leadership économique des Etats-Unis et revoient leurs
    politiques lorsqu’elles suivent le modèle américain. Sur ces
    bases, la pratique financière de la banque islamique se rapproche
    du concept de «nouveau paradigme d’économie monétaire
    » esquissé par Joseph E. Stiglitz, lauréat du prix Nobel
    d’économie en 2001. De plus, les dogmes économiques de la
    finance islamique sont tous conformes aux principes de la
    démocratie - une économie du peuple et pour le peuple qui est
    capable d’effacer l’aliénation économique. Mais reste à voir si
    après la crise et lorsque tout sera rentré dans l’ordre, les financiers
    occidentaux seront toujours tentés par les règles de la
    finance islamique. Etablir des banques islamiques en Occident
    est une chose, les présenter comme réponse aux problèmes du
    secteur financier du monde occidental semble un peu ambitieux,
    d’autant que le Centre for Security Policy (USA) voit
    d’un mauvais oeil les institutions financières américaines qui
    privilégieraient le mode de valorisation islamique de l’argent,
    comme l’ont fait les Anglais qui ont émis un emprunt d’Etat
    en Sukuk. Le CSP est un think-tank qui affectionne ce genre
    d’action puisqu’il a tiré les ficelles de la campagne de lobbying
    visant à promouvoir Boeing contre Airbus dans le contrat des
    super tankers remportés du reste par le conglomérat européen.
    Cette campagne contre la finance islamique comme probable
    solution aux imperfections de la finance conventionnelle vise
    en fait à contrer les idées sous-jacentes à la finance islamique
    et qui pourraient être contraire à celles promues par les Etats-
    Unis.
     
  2. STITI99

    STITI99 عضو نشيط

    إنضم إلينا في:
    ‏30 أوت 2008
    المشاركات:
    186
    الإعجابات المتلقاة:
    86
      19-10-2012 02:16
    :frown::frown::frown:
     

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...