Espoirs pour le traitement de la sclérose en plaques

الموضوع في 'الأخبار الطبية الحديثة' بواسطة cortex, بتاريخ ‏16 جانفي 2009.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      16-01-2009 10:59
    [​IMG]

    Des scientifiques de l'Université de Cambridge ont obtenu des résultats encourageants pour le traitement de certaines formes de sclérose en plaques (SEP) grâce au "recyclage" d'un médicament initialement mis au point pour traiter certaines formes de leucémies. Les résultats publiés montrent non seulement que ce médicament, connu sous le nom de Campath-1 ou Alemtuzumab, interrompt la progression de la maladie chez les patients atteints de la forme cyclique de la SEP, mais qu'il pourrait également restaurer certaines fonctions altérées par la maladie.

    Cette nouvelle étude, financée par Genzyme et Bayer Schering Pharma AG, a porté sur 334 patients répartis en trois groupes randomisés, chacun recevant une dose différente d'Alemtuzumab (faible et forte) ou une dose forte d'interféron bêta-1a (l'une des thérapies reconnues comme les plus efficaces dans ces cas de SEP). Les patients recevaient Alemtuzumab en injection intraveineuse, en traitement annuel : quotidiennement pendant cinq jours au démarrage, trois jours après un an, et trois jours après deux ans de traitement (pour un seul groupe).

    Les résultats publiés dans le New England Journal of Medicine indiquent que les patients traités avec l'Alemtuzumab, quelle que soit la dose administrée, témoignaient d'une nette amélioration de leur condition, jusqu'à trois ans après la fin du traitement. Le médicament s'est montré efficace dans :
    - La réduction du nombre d'attaques débilitantes chez les patients atteints de la SEP cyclique par rapport au groupe contrôle traité avec l'interféron bêta-1a, avec une diminution de près de trois-quarts des attaques chez les patients traités avec la faible dose, et jusqu'à 84% dans le groupe recevant la forte dose ;
    - La réduction, dans les mêmes proportions que ci-dessus, des risques d'accumulation de handicaps par rapport à l'interféron bêta-1a ;
    - L'interruption de la dégradation, voire l'amélioration considérable de la condition des patients traités pendant une durée de trois ans. Ces patients avaient recouvré un certain nombre de leurs fonctions neuronales et étaient en meilleure santé qu'avant le début de l'étude.

    Parce que les patients traités à l'interféron bêta-1a voyaient leur condition empirer au cours de la même période, les scientifiques suggèrent qu'Alemtuzumab pourrait permettre la réparation du tissu cérébral endommagé par la maladie, et ainsi permettre le rétablissement de fonctions neurologiques initialement perdues.

    Des effets secondaires ont été observés dans une étude antérieure portant sur 25 patients atteints d'une autre forme de la maladie (la SEP progressive secondaire) et traités à l'Alemtuzumab : les images du cerveau ou de la moelle épinière de ces patients obtenues par imagerie par résonnance magnétique (IRM) révélaient qu'aucune nouvelle lésion ne se formait sur une période de traitement de sept ans, alors que leurs conditions continuaient de se détériorer. Les scientifiques suggéraient donc qu'un ou plusieurs facteurs autres que l'inflammation jouait un rôle dans la dégradation de la couche de myéline, et il lançaient cette étude sur 334 patients.

    Alemtuzumab est le premier anticorps monoclonal humain qui ait été développé à l'Université de Cambridge, et ayant reçu une autorisation de mise sur le marché pour le traitement de la leucémie lymphoblastique chronique. Cet anticorps vient se lier à un antigène appelé CD52, retrouvé à la surface d'une certaine population de cellules immunitaires, les lymphocytes-T, impliquée dans la réponse auto-immune de la sclérose en plaques.

    Ces résultats proviennent d'essais cliniques de phase II, et il est donc nécessaire de continuer les recherches et les observations avant que l'anticorps puisse être considéré par les autorités d'autorisations de mises sur le marché. Un essai clinique de phase III a démarré en 2007 au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Les centres britanniques sont Bristol, Cambridge, Cardiff, Plymouth et le Royal London Hospital. Les résultats sont attendus en 2011.

    Sclérose en plaques

    Diagnostiquée en 1868 par Jean Charcot, la sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique auto-immunitaire chronique multifactorielle dont les manifestations cliniques sont liées à une démyélinisation des fibres nerveuses du système nerveux central. A long terme, il s'agit d'une maladie extrêmement invalidante pour laquelle il n'existe pour l'instant pas de traitement efficace.

    Une maladie auto-immune se déclare chez une personne lorsque le système immunitaire, dont le rôle est de détruire les corps étrangers étant entrés dans l'organisme, se met à reconnaître des agents de l'organisme comme corps étrangers. La destruction des fibres de myéline empêche les fibres nerveuses de propager l'information de façon adéquate.
     

جاري تحميل الصفحة...
مواضيع مشابهة التاريخ
L’automédication, l‘abcès à crever pour soigner la santé ‏8 جانفي 2016
Sanofi visé par la première action de groupe en santé ‏18 أكتوبر 2016
9Exercices pour brûler la graisse abdominale ‏20 أكتوبر 2016

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...