Découverte de trois gènes qui augmentent le risque d'obésité

الموضوع في 'الأخبار الطبية الحديثة' بواسطة cortex, بتاريخ ‏29 جانفي 2009.

  1. cortex

    cortex كبير مراقبي منتدى الأخبار الطبيّة والصحيّة الحديثة طاقم الإدارة

    إنضم إلينا في:
    ‏11 نوفمبر 2006
    المشاركات:
    6.981
    الإعجابات المتلقاة:
    5.044
      29-01-2009 10:26
    [​IMG]

    Des chercheurs européens et canadiens ont, pour la première fois, établi la carte des facteurs de risques génétiques pouvant entraîner deux formes d'obésité sévère : l'obésité précoce chez les enfants et l'obésité morbide chez les adultes.

    Deux chercheurs français, David Meyre, de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et Philippe Froguel, directeur du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), ont mené une étude génétique de 1 380 Européens présentant l'obésité précoce et de l'obésité adulte morbide. Rob Sladek, Constantin Polychronakos et Alexandre Montpetit, de l'Université McGill et du Centre d'innovation Génome Québec, ont apporté des contributions importantes à la découverte, en association avec des chercheurs de la France, la Grande-Bretagne, la Finlande, la Suisse et l'Allemagne.

    Les résultats ont été publiés le 19 janvier dans la revue Nature Genetics. La découverte de la cause génétique d'un problème médical peut souvent aiguiller les chercheurs vers un traitement éventuel ou une cure ou permettre d'identifier les personnes qui pourraient être à risque.

    « On ne voulait pas simplement se pencher sur l'obésité ordinaire, mais plutôt examiner les facteurs génétiques pouvant affecter les personnes qui ont de plus graves problèmes de poids », a expliqué le Dr Sladek, professeur adjoint au Département de génétique humaine et d'endocrinologie. « Cela comprend les enfants qui deviennent obèses à un jeune âge, c'est-à-dire avant l'âge de six ans. Nous avons également étudié les génomes d'adultes qui avaient des antécédents familiaux d'obésité sévère, avec un indice de masse corporelle plus élevé que 40. » On définit généralement les personnes comme « obèses » lorsqu'ils ont un indice de masse corporelle plus élevé que 25.

    « L'approche familiale que nous avons choisie dans notre collaboration dans les collègues de France va devenir importante dans les études génétiques sur une grande échelle de l'avenir, poursuit le Dr Sladek. « Nous soupçonnons que plusieurs changements génétiques qui rendent les personnes obèses s'avéreront des variantes de ce qui se produit dans les familles ou dans des segments de population, qu'ils sont différents de ceux qu'on rencontre habituellement dans la population. Dans le cas du diabète, nous pensons que peut-être 90 pour cent des risques génétiques pourraient provenir de ces variantes génétiques familiales ou même personnelles. » « Nous sommes fiers de cette annonce qui vient à nouveau confirmer l'excellence scientifique et le talent des chercheurs du Québec », a déclaré Paul L'Archevêque, président-directeur général de Génome Québec.

    « Ces résultats, qui découlent directement de recherches cofinancées par Génome Québec, démontrent bien le rôle stratégique de la génomique dans la recherche de solutions visant à améliorer la santé humaine. Nous saluons également la collaboration entre les instituts, initiative qui a rendu possible la réalisation de cette avancée importante. Bravo à l'équipe du Centre d'innovation Génome Québec et Université McGill et spécialement à Alexandre Montpetit qui a formé des gens du CNRS sur l'analyse des données de génotypage sur la plateforme Illumina! »

     

جاري تحميل الصفحة...

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...