Rafael Nadal

الموضوع في 'أرشيف منتدى الرياضة' بواسطة tomeo23, بتاريخ ‏28 أفريل 2009.

  1. tomeo23

    tomeo23 عضو مميز

    إنضم إلينا في:
    ‏31 جويلية 2008
    المشاركات:
    1.269
    الإعجابات المتلقاة:
    280
      28-04-2009 00:28
    Rafael Nadal n'a pas besoin de toge romaine pour impressionner les participants du Masters 1000 de Rome. Dans le top 10, Federer, Djokovic, tenant du titre, et Murray, qui se tiennent en 100 points derrière lui au classement ATP, vont pourtant défier son empire. Simon et Tsonga sont là, pas Monfils.
    [​IMG]






    LE TOP 10 AVANT LE MASTERS 1000 DE ROME
    1. Rafael Nadal - 14890 pts. 142 victoires et 4 défaites sur terre battue depuis 2005, 33 victoires pour 3 défaites en 2009, 25 victoires de suite sur la même surface depuis le tournoi de Rome 2008, Rafa revient dans la capitale italienne avec une confiance écrasante. L'an passé, Juan Carlos Ferrero avait cueilli un Nadal plutôt essoufflé dès le deuxième tour. La concurrence ne se réjouit pas d'avoir constaté la sérénité affichée par le N1 mondial à Barcelone.
    2. Roger Federer - 10060 pts. On ne savait pas où était Roger la semaine dernière. Il était loin de Barcelone et de Nadal, dans un endroit tenu secret pour travailler ses repères sur terre battue. Un seul collègue était autorisé à partager les entraînements du triple finaliste de Roland-Garros : Stefan Koubek, gaucher brutal à l'aise sur terre. Interrogé depuis, Roger a tenu à rassurer tout le monde: oubliez ce qu'il s'est passé à Monte-Carlo, je n'étais pas préparé, a-t-il déclaré en substance. Un axe de travail ? Le service et le coup droit, quatre heures par jour." Le Suisse arrive à Rome, où il avait connu, comme Nadal, une défaite précoce (battu par Radek Stepanek en quarts), avec 18 victoires, 5 défaites et surtout sans titre. Une première depuis neuf ans. Rome, c'est aussi deux finales en 2003 et 2006.
    3. Novak Djokovic - 9160 pts. "Nole" va devoir défendre son titre à Rome. Un succès obtenu l'an passé avec un peu de réussite (deux abandons, un adversaire diminué en finale). Cette fois-ci, un Nadal affamé, un Federer obstiné et un Murray ambitieux pour ne parler que des concurrents directs, devraient s'interposer. Sa performance en finale du Masters 1000 de Monte-Carlo lui a redonné confiance, malgré la défaite devant Nadal. Comment a-t-il préparé le rendez-vous romain ? Comme Federer ou presque, soit avec un Autrichien : Gebhardt Phil Gritsch, ancien préparateur physique de Thomas Muster. Ce nom suffirait à faire trembler la terre italienne. A Rome, Muster avait décroché trois titres en 1990, 1995 et 1996. Le Serbe qui veut muscler son jeu, doit déjà muscler son palmarès. Il compte 26 victoires et 9 défaites cette saison et reste sur deux finales en Masters 1000 (Monte-Carlo, Miami).
    4. Andy Murray - 9050 pts. Comme les N.2 et 3, Andy s'est entraîné pendant une petite semaine avant Rome. Deux jours à la maison, un petit peu de karting pour le fun, et de longues séances de 400 mètres une piste d'athlé pour peaufiner l'endurance ensuite. Après Rafael Nadal, Andy est celui qui a fait la plus forte impression cette saison. Il n'a perdu que trois matches, comme le Majorquin, pour 29 victoires. Il talonne Djokovic au classement ATP. La terre battue ne serait pas son terrain de jeu idéal ? Méprise. Avec Alex Corretja, l'Ecossais a retrouvé les réflexes de ses années barcelonaises (Académie Sanchez) et atteint une première demi-finale sur terre battue à Monte-Carlo.
    5. Juan Martin del Potro - 4580 pts. Sorti des qualifications l'an passé, Juan Martin avait abandonné face à Andy Murray au premier tour. Juan Martin n'a pas encore de références sur terre battue. C'est rarissime pour un Argentin, mais c'est un fait, le géant de Tandil frappe avec plus d'efficacité sur surface rapide. Battu par Nadal, Ferrero et Bolelli lors de ses plus récentes apparitions sur terre hors Coupe Davis, il débarque à Rome après une semaine de repos, en qualité de N.5 mondial avec 19 victoires à son actif pour six défaites, un record personnel pour un début de saison. Si la patience n'est pas son fort, son objectif sera de couper la route de Wawrinka, qui devrait arriver lancé au 3e tour. A noter qu'il sera le mieux classé des quatre Argentins en lice et que David Nalbandian sera absent.
    6. Andy Roddick - 4010 pts. Pas de passage à Rome pour Andy, "just married" lui aussi, soit trois jours après le mariage de Roger Federer et Mirka Vavrinec. Roddick a passé la bague au doigt de Brooklyn Decker à Austin (Texas). Et il ne compte pas écourter son voyage de noces, même pour venir à Monte-Carlo ou à Rome ? Comment va-t-il s'acclimater aux difficultés de la terre, lui qui a réussi son début de saison (26 victoires et 5 défaites), vous le saurez à ... Madrid !
    7. Gilles Simon - 3970 pts. Une semaine à Roland-Garros, ça vous revigore un homme. Gilles Simon, qui fait la belle progression de la semaine dans le top 10 (+ 2 places) sans jouer grâce à un décalage de calendrier (voir l'article Trois Français dans le top 10), a remis les pendules à l'heure physiquement. Diminué, en mal de repères à Monte-Carlo, le N.1 français actuel, a raté son entrée sur le Rocher. A Paris, avec Paul Quétin (préparateur physique à la FFT), il a notamment travaillé le foncier et les glissades, avec pour sparring-partner un certain Jo-Wilfried Tsonga.
    8. Fernando Verdasco - 3460 pts. Parti en trombe à Melbourne, Fernando en garde sous le coude depuis. S'il n'a jamais eu un meilleur ratio victoires/défaites (19/6), s'il n'est jamais monté aussi haut au classement ATP (N.7 le 20 avril), le protégé de Gil Reyes a plutôt déçu depuis malgré trois quarts de finale à Indian Wells, Miami, Monte-Carlo et Barcelone.
    9. Gaël Monfils - 3455 pts. La mauvaise nouvelle est tombée en début de semaine dernière : la tendinite dont souffre Gaël Monfils au genou est plus grave que prévu. Forfait à Barcelone et à Rome, sa participation à Roland-Garros est en suspens. On attendait avec impatience le demi-finaliste du Grand Chelem parisien sur terre. Peut-être ne le reverra-t-on qu'aux Etats-Unis sur dur.
    10. Jo-Wilfried Tsonga. JWT doit maîtriser sa carrière. Pour ne pas se laisser surprendre par un organisme aussi puissant que fragile, et ne pas revivre un début de saison frustrant (lombalgie à Melbourne), Tsonga aborde la saison sur terre avec prudence. Forfait à Monte-Carlo pour ménager la monture, il sort de plus de trois semaines de repos : dix jours de repos et quinze jours de préparation avant de grands débuts à Rome. L'année dernière, il y perdait au premier tour face à Gilles Simon (2-6 6-4 6-7). Cette fois-ci, il sera opposé à Richard Gasquet.
     

مشاركة هذه الصفحة

جاري تحميل الصفحة...