Le gène de la longévité peut-être découvert

Des scientifiques taiwanais ont récemment déclaré avoir identifié un gène qui pourrait, selon leur directrice de recherche TSAI Ting-Fen, "détenir le secret de la longévité". TSAI Ting-fen est professeur agrégé au Département des sciences de la vie de l'Université nationale Yang-Ming et dirige également le Laboratoire de génétique de la souris de la même université. Elle a annoncé, en compagnie de ses douze collaborateurs, lors d'une conférence de presse, qu'ils ont fait leur découverte en essayant d'identifier un gène lié au cancer du foie chez la souris.

Une souris de huit semaines privée du gène Cisd2 a en effet montré des signes de vieillissement prématurés : décoloration des poils, perte de masse osseuse, atrophie musculaire, perte de poids, etc. La durée de vie normale de deux ans a été réduite de moitié sur les souris présentant une expression perturbée du gène Cisd2. Le Dr. Tsai déclare que ces recherches ont abouti à un nouveau modèle animal du syndrome de Wolfram et permettent d'émettre un lien entre le gène Cisd2, l'intégrité mitochondriale et le vieillissement chez les mammifères. Le syndrome de Wolfram est une affection neuro-dégénérative rare caractérisée par un diabète de type I, un diabète insipide, une atrophie optique et des affections neurologiques.

Le gène Cisd2 est localisé sur le chromosome humain numéro quatre. Huit ans auparavant, une analyse comparative du génome de personnes centenaires par des scientifiques des Etats-Unis avait montré qu'une modification sur des gènes de ce chromosome pouvait augmenter significativement l'espérance de vie d'une personne, sans pour autant désigner le gène Cisd2.

L'équipe de recherche a poussé cette étude plus loin afin de trouver un moyen de revitaliser le gène Cisd2. Le Dr. Tsai s'est avancée sur les résultats en déclarant qu'il était important d'inclure dans son régime beaucoup d'antioxydants présents dans les fruits et légumes.
 
أعلى